L’opérateur public de téléphonie mobile vit ces jours-ci un véritable feuilleton de dénonciations de faits de malversations financières qui tient en haleine ses employés. 

Tout a commencé lorsqu’un courriel a massivement circulé au sein de la direction générale de Mobilis. Ce courriel a été imputé à BELKACEM WALID, Directeur Juridique au sein d’ATM MOBILIS. Dans ce courriel, des propos gravissimes ont été attribués à ce haut responsable de Mobilis. Le texte parle clairement de « délits et des abus de pouvoir du sous-directeur réquisitions M. YOUCEFI Nadjiballah ».

Le texte de ce courriel révèle que des marchés ont été accordés illicitement aux frères KOUNINEF ainsi que l’homme d’affaires Mahiediine TAHKOUT avec la complicité de l’ex-secrétaire général du ministère de Houda Feraoun,  BELKESSAM FOUAD. 

Le même courriel parle de l’affectation illégale d’un véhicule de service de marque CHEVROLET SPARK, du détournement d’un logement de fonction à Alger et du détournement de téléphones portables destinés aux journalistes, des cadeaux offerts par Mobilis aux membres de la presse nationale.  « Je souhaite apporter à la connaissance de tous (Ministre, P-DG, Autorité Judiciaire, Gendarmerie Nationale, Presse et Collègues), que ma volonté à étouffer cette affaire, était sous la pression de M. YOUCEFI, qui me faisait comprendre, que je risquais de perdre mon poste, en faisant allusion à son lien direct avec le Secrétaire Général du ministère de tutelle (M. BELKESSAM FOUAD) », expliquait enfin ce courriel.

Ce message n’a pas manqué de susciter de véritables ravages au sein de Mobilis. Mais, quelques jours plus tard,c’est un autre mail écrit par le même Belkacem Wali qui a remis les pendules à l’heure en répondant aux graves accusations lancées par le premier texte diffusé massivement entre les employés de la direction générale de Mobilis. Cette fois-ci, il s’agit plutôt d’un démenti catégorique fait par le haut responsable de Mobilis.

« C’est avec étonnement et stupéfaction que je viens de prendre connaissance d’un email émanant de l’adresse email :  » [email protected] » en date du 24/05/2019 à 21:13:28 UTC+1, dont l’objet est : Dénonciation du Sous-directeur Réquisitions (YOUCEFI Nadjib Allah), usurpant ainsi mon identité  » BELKACEM Walid » ainsi ma qualité de « Directeur des Affaires Juridiques et Contentieux » , pour répandre des allégations graves et mensongères, provenant de personnes malsaines et malintentionnées qui ne cherchent qu’à nuire à l’image de l’entreprise ainsi que ses cadres.  Aussi, il est nécessaire de préciser que la l’adresse email suscitée ne m’appartient nullement et qu’il s’agit d’une boite de messagerie GMAIL créée avec mon identité.  Je dément formellement et énergiquement tous les propos qui ont été cités, en mon nom, dans cet email, comme je décline toute responsabilité liée à cet acte », précise ainsi ce deuxième courriel.

Jusque-là, on pourrait croire qu’il s’agit d’une pure manipulation qui a pris une dimension alarmante. Mais un troisième courriel est venu aggraver ce climat tendu et malsain qui règne au sein de Mobilis.

Un autre message qui annonce cette fois-ci la démission de Belkacem Walid, le même responsable de Mobilis, tout en pointant du doigt plusieurs malversations financières et délits. De nombreux hauts responsables de Mobilis ont été mis en copie de cet étrange et mystérieux mail à l’image d’Ahmed Choudar, le PDG du groupe Algérie Télécom. Ils n’ont, malheureusement, pas encore réagi pour nous expliquer ce qui se passe réellement en ce moment au sein de cet opérateur public.

LAISSER UN COMMENTAIRE