L’eau, élément essentiel à la vie, est de plus en plus convoitée de par le monde à cause de l’augmentation de la population mondiale et du changement climatique. Aujourd’hui on traite de plus en plus d’eau pour la rendre accessible aux populations, de même que la part d’eau recyclée après son utilisation augmente.

en 2018, on produit chaque jour 95 millions de mètres cubes d’eau douce dans le monde.

L’eau présente sur la majeure partie de la planète est salée. Elle peut également contenir un certain nombre de polluants, dont il est plus ou moins nécessaire de se séparer en fonction de l’utilisation de cette eau.

La technique de purification dépend de la qualité et de la pureté recherchées, mais également du coût du traitement de cette eau. Les plus économiques de ces techniques sont :

1 – L’osmose inverse, de loin la plus répandue, cette technique « membranaire » repose sur une ultrafiltration sous pression au travers de membranes dont les pores retiennent les sels contenus dans l’eau. Avec un coût raisonnable ce système éprouvé a montré sa fiabilité de par le monde.

2 – La distillation, qui est le plus ancien des procédés, consiste en une vaporisation de l’eau par la chaleur, ce qui suppose une source d’énergie la rendant théoriquement plus onéreuse.

L’innovation la plus récente issue de ces technologies est la distillation membranaire, une combination entre distillation et séparation membranaire, technique utilisée commercialement depuis plusieurs années par l’entreprise néerlandaise Aquaver, créée en 2011.

La distillation membranaire est un procédé de séparation inventé par le Suédois Nils Kjellander en 1984 qui fait intervenir une membrane ayant la propriété d’être perméable aux gaz mais étanche aux liquides.

Le premier brevet pour la distillation par membrane avait déjà été déposé en 1963 et le nombre de publications de recherche sur le Membrane de Distillation (MD) a considérablement augmenté au cours des dernières années, pour aboutir à une grande disponibilité de MD de différents types.

Il faut noter que la demande en eau pure touche plusieurs secteurs et constitue actuellement un besoin nécessaire dans le processus de fabrication de médicaments, dans la chimie ou dans l’industrie agroalimentaire.

Le traitement de l’eau vise également un secteur contesté en Algérie, mais en croissance rapide dans le monde. Il s’agit du secteur des ressources non conventionnelles, notamment le gaz de schiste, le gaz de charbon et autres combustibles non conventionnels récupérés par fracturation hydraulique…

En effet lors de l’extraction de gaz de schiste, de grandes quantités d’eau sont mobilisées. Le processus de purification consiste à nettoyer cette eau chargée de sel et contaminée par des produits chimiques, suite à son injection à haute pression dans les roches souterraines au cours du processus de fracturation hydraulique dans l’industrie pétrolière.

La société Memsys, a longtemps été le leader incontesté de la production innovante des membranes de distillations utilisées dans la technologie de distillation membranaire multi-effet sous vide (ou Vacuum Multi Effect Membran Distillation (VMEMD).

Déjà en 2011, Memsys s’était alliée à la Nanyang Technological University de Singapour pour développer et breveter une technique de traitement d’eau polluée par les hydrocarbures.

En 2012 cette même entreprise avait conclu un accord avec General Electric visant à développer conjointement la technologie de distillation membranaire.

La Technologie

Le système développé par les ingénieurs de Memsys était alors considéré comme le dernier cri en matière de technologie MD.  Des usines pilotes avaient été installées à Singapour, en Australie et en Inde pour tester cette technologie.

La technologie VMEMD, développée au sein de Memsys par ses équipes de chercheurs dont Wolfgang Heinzl, est un procédé de séparation qui utilise le processus d’évaporation à travers une membrane hydrophobe microporeuse. Comme son nom l’indique, cette technique fonctionne dans un vide partiel. Cela réduit le point d’ébullition de l’eau à 50-80 ° C, ce qui signifie moins d’énergie consommée et permet d’utiliser de la chaleur  »bon marché » provenant de centrales électriques ou de générateurs diesel ou même de l’énergie du soleil sous des climats appropriés.

Cette technologie est utilisée depuis de nombreuses années pour produire de l’eau potable à partir d’eau de mer aux Maldives, au Sénégal, en Indonésie, aux Emirats…

En 2015, Memsys fusionne avec la société néerlandaise Aquaver, avant d’être rachetée en Octobre 2016 par le Groupe hongkongais : New Concepts Holdings Limited (NCHL).

EvCon

Issad Rebrab, qui avait récemment crée la société EvCon n’a cessé, de manière assez surprenante, de déclarer à l’opinion publique, algérienne autant qu’étrangère, que cette nouvelle filiale du groupe Cevital a ”développé une technologie unique au monde” !

Il n’en est rien comme nous l’avons vu plus haut, ces technologies existent et rien n’a été  »inventé ». Peut être la technique ?

Issad Rebrab affirme par ailleurs que Cevital aurait sécurisé les technologies développées par EvCon, laissant entendre que la technologie serait devenue algérienne.

Il n’en serait rien non plus selon un universitaire algérien que nous avons contacté, ayant requis l’anonymat.

 »A aucun moment, un quelconque bureau de recherche algérien ou même un scientifique algérien n’a pris part à l’élaboration d’une infime part de cette technologie qui existe dans le monde depuis plusieurs années ».

Nous avons voulu vérifier cette cinglante affirmation de notre source universitaire et avons alors examiné les brevets déposés pour le système de distillation par membrane.

Il s’avère que des brevets ont bien été déposés par Memsys, et même plus de 30 brevets avaient été déposés par Wolfgang Heinzl, seul ou en collaboration avec ses collègues allemands.

Aucun algérien n’est lié à ces innovations et inventions ! Résultat sans appel.

 »La seule caractéristique qu’aurait pu mettre en avant Mr Rebrab pour avantager la machine d’EvCon, serait peut-être que celle-ci utilise moins d’énergie que des procédés de traitement de l’eau comparables. Et encore il faut le prouver.’’ Ajoutera notre source universitaire.

Selon son propre journal LIBERTE, à la fin du mois de Juillet 2015, Mr Rebrab avait lui-même rencontré l’Allemand Bollen Andres, président du groupe Memsys, pour signer un partenariat avec le groupe CEVITAL afin de réaliser des stations de dessalement d’eau de mer…

Il serait surprenant qu’après tout juste deux années, Cevital ait pu passer d’un projet de partenariat dans la purification de l’eau, au stade de développement d’une technologie unique au monde…

L’opportunité des Ardennes

L’entreprise EvCon a été enregistrée au registre du commerce allemand le 25 Janvier 2017. C’est le vendredi 08 septembre 2017, suite à l’assemblée générale que Benkoussa Kamel et Wolfgang Heizl sont nommés gérants de la société EvCon dont le capital s’élève à 25.000,00 €.

Cette jeune entreprise a installé ses usines en France, à cause de blocages par les autorités algériennes avance Issad Rebrab le 22 avril dernier, s’exprimant sur le réseau social twitter.

Le tycoon algérien de 74 ans avait alors affirmé qu’il s’était présenté à la section de recherche de la Brigarde de Gendarmerie de Bab Ejdid, laissant croire que c’était de son plein gré.

Depuis, nous avons appris que le PDG de Cevital avait en fait été convoqué par les services de sécurité, et ce pour une enquête sur des soupçons de fausse déclaration concernant le mouvement de capitaux de et vers l’étranger, surfacturation, importation de matériel usagé en dépit de l’octroi d’avantages bancaires, fiscaux et douaniers. Une bien mauvaise stratégie de communication…

Quoiqu’il en soit, c’est dans la région des Ardennes que s’installe EvCon, la ville d’où est originaire l’ex-candidat aux élections présidentielles algériennes de 2014…Kamel Benkoussa, le bras droit d’Issad Rebrab !

Ce dernier s’était ouvert à propos de la jeune société EvCon dans les colonnes d’un journal ardennais, en Décembre dernier, promettant 1000 embauches après le déploiement de pas moins de 5 unités industrielles comme le prévoit, dit-il, l’accord entre Cevital et le site PSA à Charleville Mézières. Il annonce également la signature d’un accord pour une joint-venture avec le géant SCHLUMBERGER.

Mais ce qui reste le plus étrange est la description qu’il fait de la technologie VMEMD et faire écho des propos de Rebrab, quant à la création d’une ‘’nouvelle technologie’’…

Benkoussa promettant même au passage  »…une qualité d’eau ultra pure 10 fois supérieure aux standards actuels et avec un coût quatre fois plus bas que la technologie actuellement utilisée ». Sans en apporter preuves.

Fin de non-recevoir

Un Professeur d’université à qui nous avons exposé les produits d’EvCon et les déclarations des hauts responsables de Cevital nous dira  » Ni Mr Rebrab, ni Mr Benkoussa n’ont, à ce jour, démontré l’originalité et la singularité de cette technologie éprouvée de par le monde. Les avantages concurrentiels annoncés sur les médias devraient d’abord être confrontés à une expertise scientifique et académique avant de pouvoir déclarer avoir créé une nouvelle technologie. »

Nous avons alors tenté de joindre Kamel Benkoussa, Pdg de la société EvCon sur son compte twitter afin qu’il nous donne plus de précisions et d’explications sur ces éléments étonnants sur la qualité de l’eau obtenue et sur les standards auxquels il se réfère. Il nous avait tout simplement bloqué.

Celui qui a été sacré lauréat du prix Dziri d’Or en décembre 2018 par le magazine Dziri, largement soutenu par le groupe Cevital, ne supporte apparemment pas de s’expliquer ni de débattre.

Etrange pour celui qui avait affirmé que  »La signature de Issad Rebrab vaut mieux que la signature de l’Algérie » et qui se prédestinait à la présidence de l’Algérie…

Dans son édition du 03 Janvier 2019, le journal en ligne Algérie patriotique annonçait que Said Benikène, l’ancien Directeur Général du groupe Cevital aurait quitté ses fonctions car  »ses ambitions à Cevital auraient été contrariées et sa voix en tant que numéro deux du groupe ne portait plus ».

Suggérant que l’arrivée de Benkoussa avait complètement chamboulé la stratégie mise en place par Benikène pour le groupe…

Se pourrait-il qu’Issad Rebrab ait été mal conseillé par son plus proche collaborateur pour sur le plan de la communication et la stratégie à mener concernant EvCon ?

Le site DIA publie en octobre 2015  »Isaad Rebrab qui enchainait les réunions de crise à Paris’’ avait réuni plusieurs de ses collaborateurs dont ‘’Kamel Benkoussa, un trader franco-algérien basé à Londres que certains au sein du groupe présentent comme son « mauvais génie » »…

Quoi qu’il en soit, le tandem Rebrab – Benkoussa, avait continué inexorablement de saturer les réseaux sociaux et de multiplier les communications sur le projet ‘’révolutionnaire d’eau ultrapure’’, dans une volonté manifeste de modeler l’opinion publique, et d’imposer un seul point de vue.

Après avoir reçu en juin 2018 M. Ralf Kretzschmar, Directeur Général des laboratoires Bosch Pharmatec pour lui faire part de son projet de produire de l’eau ultrapure, nécessaire à l’industrie pharmaceutique, à travers EvCon, Issad Rebrab aurait, selon plusieurs sources, créé en juillet 2018 la société Pharmatec Industry qui aurait pour Directeur Général Rachid Ghediri (natif de l’est du pays) et qui dirige en France les sociétés Ophtal et Eye Tech aujourd’hui radiée.

K.Benkoussa – I.Rebrab – R.Kretzschmar

La déclaration de SONATRACH faite à l’agence Reuters concernant une probable joint-venture avec le géant américain Exxon Mobil pour la très controversée exploration et exploitation de gaz de schiste dans le sud du pays ne risquait pas de déplaire aux propriétaires d’EvCon, au grand dam des populations locales, inquiètes de la pollution des nappes phréatiques …

Une fuite en avant de l’équipe dirigeante d’EvCon qui cache difficilement les évidences d’une affaire mal préparée.

Nous avons alors décidé de comparer les prix du prototype de machine de traitement d’eau par d’EvCon à celles aux caractéristiques similaires produites par des entreprises concurrentes basées en Allemagne, en Chine et à Singapour.

Les Machines de traitements de l’eau, comparables à celles que propose EvCon, qui utilisent la technologie VMEMD consistant en la séparation thermique au moyen d’une distillation par une membrane hydrophobe et microporeuse, sont accessibles à partir de 900.000 Euros et ne dépassent pas les 1,1 Millions d’Euros pour les plus onéreuses.

Or le prototype de la machine portant référence DL 2300-A5, produit pour EvCon par la filiale allemande du groupe WOOJIN PLAIMM, a été importé par Cevital pour un montant déclaré au niveau des Douanes de Boumerdès de 2.915.000 euros. Une différence de près de 2 Millions d’euros avec la concurrence !

WOOJIN PLAIMM Co. Ltd. A été créée en 1985. Aujourd’hui ce groupe est le plus grand fabricant de presses à injecter de Corée. Les parts de marché de WOOJIN PLAIMM qui s’élèvent en Corée à près de 70 %, est présent dans de nombreux secteurs dont l’industrie électrique et électronique, la technologie médicale et l’automobile. Ce groupe qui possède des filiales dans le monde entier est également présent en Algérie, à la même adresse que… Cevital ! Drôle de coïncidence…

Cevital qui achète une entreprise allemande, celle-ci fait fabriquer une machine à une entreprise coréenne spécialisée dans les machines d’injection et installée dans les locaux de Cevital, la société allemande vend le produit à sa maison mère Cevital qui la paie à un prix supérieur au marché. On s’y perd un chwiya…

Comment justifier une telle différence de prix ? Une pièce unique et donc chère au risque de la rendre invendable ? Une tentative de gonfler le prix de cette machine pour transférer des devises, sur les réserves de change du pays, à la société EvCon nouvellement acquise ?

L’expertise judiciaire de cette affaire arrivait d’ailleurs aux mêmes conclusions à savoir :

La valeur de l’équipement importé est estimée à 1.010.000 euros, soit une différence de 1.905.000 euros !

Finalement, au terme de notre enquête, rien ni personne n’a pu nous indiquer en quoi le groupe Cevital possédait une nouvelle technologie révolutionnaire, ni pourquoi le prix du prototype de la machine d’EvCon était si élevé.

LAISSER UN COMMENTAIRE