Les enquêtes contre la corruption et les malversations financières des hauts responsables politiques algériens s’accélèrent. A partir d’aujourd’hui mardi, plusieurs anciens ministres et premiers-ministres seront convoqués et entendus par des juges spécialisés à la Cour Suprême, a-t-on appris de plusieurs sources concordantes. 

Les personnalités qui devront passer à la Cour Suprême représentent un poids très lourd de la scène politique algérienne. En effet, il s’agit d’Ahmed Ouyahia, l’ex-Premier ministre, Abdelmalek Sellal, ex-premier ministre, Amara Benyounes, ex-ministre ayant dirigé plusieurs départements ministériels dont le commerce, Amar Tou, l’ex-ministre des Transports, Hocine  Necib, l’ex-ministre des ressources en eau, et enfin Abdelghani Zaâlane, l’ex-ministre des Transports et anciennement Wali dans plusieurs wilayas stratégiques du pays.

Selon nos sources, tous ces dirigeants politiques seront entendus dans le cadre des révélations faites par Ali Haddad lors de ses auditions et interrogatoires menés par les services de sécurité. Les dires d’Ali Haddad affirment que ces personnalités politiques sont impliquées de loin ou de près dans des faits de corruption.

Pour rappel, ces personnalités politiques ont été interrogées la semaine passée par le Procureur de la République du tribunal d’Abane Ramdane. Cette comparution avait fait suite à leur convocation par les enquêteurs de la brigade de recherches de Bab Jedid de la gendarmerie nationale.

Au tribunal d’Abane Ramdane, ces personnalités politiques ont été officiellement inculpées pour leur implication dans des faits de malversations financières. C’est, désormais, à la Cour Suprême de les juger et d’enquêter sur ces dossiers qui promettent des rebondissements majeurs dans la vie politique de notre pays.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE