Actif dans le BTP depuis le milieu des années 1960, Abdelali Blikaz a fait l’essentiel de sa fortune dans les années 90 grâce à sa proximité avec le Général Betchine mais également grâce à son amitié avec le Général Lamari. Après le décès de ce dernier, Blikaz se rapproche du général El Hamel qui avait les faveurs du clan présidentiel.

Peu apprécié par l’actuelle hiérarchie militaire, la proximité de Blikaz avec la sphère politique du pouvoir est devenue notoire avec la publication d’un mail de la Trust Bank daté du 04 Avril 2019, établissant une liste de personnes et d’entreprises, dont il fait partie, à protéger contre toutes enquêtes en les rendant inaccessibles sur le système informatique de la banque…

Le milliardaire Ayoub Aissiou, l’un des magnats de l’immobilier et de l’agroalimentaire et patron de la chaîne de télévision privée El-Djazaïria TV, figurait également sur la fameuse liste établie par la Trust Bank, cet établissement financier qui a domicilié les affaires de Kamel Chikhi dit  »le Boucher ».

C’est, avons-nous appris, sur l’intervention directe d’Imène Houda Feraoun, l’actuelle Ministre algérienne de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, que le nom d’Aissiou a été retiré du listing papier tout en le rendant invisible sur les fichiers informatiques de la Trust Bank !

Entre temps, le Directeur Général de la Trust Bank, qui est également passé par l’AGB (Gulf Bank Algérie), Kamal Bendamardji, a quitté la banque au mois d’avril 2019.

Selon un communiqué de la banque, le départ Bendamardji serait dû officiellement au refus de son accréditation de la part de la banque centrale. Selon d’autres sources, ce seraient plutôt les pressions exercées sur sa personne par les hommes du pouvoir qui l’auraient poussé à jeter l’éponge…

Mais alors pourquoi Ayoub, le jeune natif du quartier algérois d’El Biar, est-il tant protégé ? Voici quelques éléments d’explications.

Ayoub Aissiou

En début du mois de novembre 2017, Ayoub Aissiou avait signé un chèque de 50 millions de dinars au profit du parti présidentiel du FLN qui venait de rafler plus du quart des sièges aux élections législatives.

Le chèque a été tiré de l’entreprise industrielle les Aciéries de l’Ouest, qu’Ayoub Aissiou, le gendre du Président d’honneur du club de football NA Hussein Dey et vice-président de la Fédération algérienne de Football (FAF)Bachir Ould Zemirli , avait racheté de l’oligarque Blikaz en Mars 2017 alors qu’il était âgé d’à peine 34 ans…

Comment une entreprise endettée a pu dégager autant d’argent pour financer un parti politique ? Mystère.

A l’origine, l’usine d’acier sise à Msila a été réalisée grâce à un crédit bancaire de 300 Millions de dinars (30 Milliards de centimes) contracté par la famille Blikaz principalement auprès de la BADR.

Après s’en être approprié, Ayoub Aissiou a largement réévalué sa nouvelle acquisition et a pu décrocher un crédit bancaire de 850 Millions de Dinars (85 Milliards de centimes), accordé par l’AGB et la Trust Bank.

Avec une partie de cet argent, il a importé une deuxième ligne industrielle obsolète d’Italie, payée avec des deniers publics. L’Italie, son autre pays de résidence

Pour pouvoir mener à bien ce montage financier, Ayoub a pu compter sur son amitié avec le Général Hamel et ses enfants, mais également sur l’intervention d’autres acteurs de hauts rangs : l’ex Premier Ministre Abdelmalek Sellal et son directeur de cabinet qui détenait alors un statut de ministre hors cadre : Mustapha Rahial.

Ce sont surtout ces derniers qui l’ont aidé à éviter l’obligation de se soumettre au droit de préemption, pourtant obligatoire depuis 2009, du fait de la présence d’actionnaires étrangers dans l’aciérie.

En guise de remerciements des services rendus, Sellal et Rahial recevront chacun des appartements dans une résidence au Chemin Maklay à Ben-Aknoun…

Ainsi, l’accès à de juteuses affaires a été rendue possible grâce aux réseaux que le jeune Ayoub a pu tisser au sein du sérail, et qui lui l’ont aidé à lever tous les obstacles qui se dressaient devant sa fulgurante ascension.

Le renvoi d’ascenseur est monnaie courante dans ce milieu d’affairistes.

En contrepartie de toutes les interventions et privilèges dont il a bénéficié de la part d’Abdelghani Hamel, l’entreprise d’Ayoub Aissiou avait réalisé gratuitement les travaux de terrassement et de construction sur le terrain qui avait été concédé par la Wilaya de Tipaza à Mourad Hamel, fils du général Hamel à Magtaa Kheira et qui a d’ailleurs été cédé juste après.

Selon nos sources, la famille du Général Abdelghani Hamel aurait également reçu une commission généreuse après l’accord de rachat d’Ayoub Aissiou des parts de Blikaz dans les aciéries de l’ouest. Des commissions qui auraient été versées à Dubai, en Italie et en Espagne. Cela a indéniablement renforcé les liens entre Aissiou et El Hamel…

Ceci pourrait-il expliquer que le jeune Milliardaire ait obtenu, avec une facilité déconcertante, une autorisation exceptionnelle pour porter une arme semi-automatique de type Beretta 15 coups de la part de la DGSN ?

Ce qui reste certain est que dans ce milieu restreint de privilégiés, ou la corruption et la prédation fait loi, on se rend mutuellement service et on se protège pour la même finalité : l’argent et le pouvoir.

La PDG de la Trust Fatiha Khellal, après tous les services rendus à ces hommes d’affaires et intermédiaires, ou devrait-on plutôt les qualifier d’affairistes, a été présentée au Général Abdelghani Hamel afin de la couvrir des affaires opaques qui se menaient au sein de la Trust Bank.

Mme Khellal Fatiha, qui a pu bénéficier en Novembre 2018 d’un pourcentage équivalent à 0,2% des actions de Trust Investment Holding Algeria, avait elle-même octroyé de bien généreuses lignes de crédits à des affairistes véreux sans respect des procédures et des règles prudentielles d’usages imposées par le règlement et les lois algériennes.

Si Trust Bank Algeria, est membre du Groupe Nest Investments Holding, Ltd qui est basé à Chypre, comment expliquer que Fatiha Khellal apparaisse en qualité de Directrice dans la société INNOSA HOLDINGS LIMITED, une société à responsabilité limitée créée le 19 février 2014 et immatriculée à Chypre sous le numéro d’enregistrement 329777 qui est toujours active à ce jour ? Surprenant.

Ainsi va l’Algérie des affairistes et des amitiés intéressées.

Entre l’été 2015 et Mai 2018, Ayoub Aissiou avait effectué une vingtaine de voyages accompagnés de Mourad et Chafik les deux enfants d’El Hamel en direction de Dubai ou il a une adresse de résidence, Barcelone et Paris.

‘’Les liens étaient si forts avec Abdelghani Hamel et ses fils que, quelques heures avant que ne tombe le communiqué du limogeage de l’Ex DGSN, Ayoub avait rassemblé les cadres de son groupement d’entreprises et leur a déclaré qu’il allait quitter le territoire pour une longue durée avant de leur donner des instructions afin de gérer l’entreprise au mieux’’ Nous affirmera un des cadres présents à la réunion.

Finalement, c’est grâce aux garanties que lui a assuré l’ex patron de FCE Ali Haddad qu’il est retourné au pays, 21 Jours après son départ précipité.

Voilà comment se géraient les affaires pendant le règne de Bouteflika. Népotisme, prédation, affairisme et impunité de cette oligarchie nourrie pour la plupart à l’argent des fonds publics.

Aujourd’hui, beaucoup de ces nouveaux riches, à l’instar d’Ayoub Aissiou, sont à l’abri et sous nouvelle protection. A se demander si l’on n’a pas remplacé une équipe par une autre, un ancien clan par un nouveau…

LAISSER UN COMMENTAIRE