L’ancien ministre de la Justice, Tayeb Louh, fera l’objet de poursuites judiciaires concernant sa responsabilité dans la mort abjecte du journaliste algérien Mohamed Tamalt le 11 décembre à l’hôpital de Bab El-Oued, à Alger alors qu’il croupissant à la prison d’El-Harrach. 

Tayeb Louh sera officiellement accusé d’ »homicide volontaire », d’après Maître Bachir Mecheri qui tient l’ancien ministre Tayeb Louh pour responsable dans la mort du journaliste et lui reproche de ne pas être intervenu au moment où Mohamed Tamalt observait une grève de la faim.

« Louh savait que Mohamed Tamalt subissait des dommages moraux et physiques ayant entraîné sa mort en prison. Par son silence, l’ancien ministre s’est rendu volontairement complice de la disparition tragique du journaliste », a affirmé le même avocat dans une déclaration à la presse nationale.

A travers cette plainte, la justice algérienne sera contrainte de convoquer Tayeb Louh et de le juger comme n’importe quel autre justiciable algérien. Il est à rappeler que la rédaction d’Algérie Part avait publié une longue enquête sur les circonstances dramatiques et mystérieuses de la mort de Mohamed Tamalt en décembre 2016. 

Notre enquête avait dévoilé la responsabilité claire et nette de l’ancien ministre de la Justice qui avait dissimulé la vérité sur ce crime qui ne dit pas son nom. Mohamed TAMALT serait mort le 10 décembre à 42 ans, une semaine après son admission en service de réanimation. Son décès, selon notre source, n’aurait été annoncé que 24 heures après sa mort. Selon les informations en notre possession, personne n’a pu à ce jour, avoir accès à son dossier médical complet.

LAISSER UN COMMENTAIRE