De nombreux Algériens ne le connaissent pas. Et pourtant, Khaled El Bey, le Procureur de la République du tribunal Abane Ramdane à Sidi M’hamed limogé jeudi en fin de journée, est l’homme qui a brisé des milliers de familles, causé le malheur à un nombre incalculable de concitoyens victimes de la machine de la hogra judiciaire. 

Une machine qui a broyé un nombre considérable d’Algériens dont le seul tort était de gêner ou menace les intérêts des dirigeants puissants ou des richissimes influents. En effet, Khaled El Bey était considéré pendant ces dernières années comme le pilier de la justice corrompue mise en place par l’ancien ministre, Tayeb Louh.

C’est, par exemple, ce procureur qui avait autorisé Ennahar TV à violer l’intimité et l’intégrité morale de Kamel Bouakaz, Abdou Semmar, Merouane Boudiab, Adlène Mellah et les autres personnalités injustement incarcérées au mois d’octobre 2018 dans le cadre de la fameuse affaire du « réseau d’Amir.dz »

C’est toujours Khaled El Bey qui bloquait les plaintes déposées par de nombreuses victimes du lynchage médiatique d’Ennahar TV. L’ex-Procureur de la République du tribunal d’Abane Ramdane agissait directement sur les instructions de Tayeb Louh.

C’est encore Khaled El Bey qui a violé gravement les droits civiques en ordonnant sans aucun motif légal de soumettre Abdou Semmar et de nombreuses personnalités médiatiques et artistiques à une interdiction de quitter le territoire national (ISTN). Une mesure gravissime qui nécessite des procédures légales sévèrement encadrées par la législation algérienne.

Force est de constater que le nom de Khaled El Bey est sinistrement attaché à de nombreuses affaires scandaleuses et des violations successives des droits les plus élémentaires des citoyens algériens. Toutes les affaires de corruption traitées au tribunal d’Abane Ramdane ont été honteusement étouffées sous le règne de Khaled El Bey. Pis encore, certains dossiers ont été tout bonnement enterrés dans les tiroirs de son bureau causant ainsi un énorme préjudice à l’intérêt national. Limoger Khaled El Bey est un euphémisme qui ne saurait nullement satisfaire ses nombreuses victimes. Dans un pays qui se respecte, Khaled El Bey est traduit à son tour devant la justice pour répondre de tout le mal qu’il a causé à ce noble métier de… magistrat.

LAISSER UN COMMENTAIRE