Non, les deux anciens premiers-ministres Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia n’ont pas été uniquement convoqués en tant que témoins par le parquet général  du tribunal d’Abane Ramdane. Les deux anciens hauts responsables qui ont marqué et rythmé la vie politique algérienne ces 20 dernières années sont accusés de gaspillage de fonds publics et de privilèges illégaux. Ils sont également soupçonnés d’abus de pouvoir, de trafic d’influence en profitant de leurs fonctions politiques, a-t-on appris de sources sûres. 

Sellal et Ouyahia sont soupçonnés aussi d’avoir attribué des marchés publics aux montants très onéreux de manière très complaisante à de nombreux oligarques algériens dont Ali Haddad et les frères Kouninef. Les deux anciens premiers-ministres ont été auditionnés par les juges du tribunal de Sidi M’hamed dans le cadre de ces lourdes et dangereuses suspicions.

Sellal et Ouyahia devront affronter à plusieurs reprises les juges pour démontrer leur innocence. Les deux anciens hauts commis de l’Etat risquent enfin d’être placé sous mandat de dépôt dans les jours à venir.

LAISSER UN COMMENTAIRE