Coup de tonnerre au tribunal d’Abane Ramdane de Sidi M’hamed, Alger-centre. L’inamovible Procureur de la République de ce tribunal, appelé communément « le tribunal de l’Etat » au regard de son importance stratégique sur le plan juridictionnel, a été limogé ce jeudi en fin d’après-midi. Un limogeage qui intervient dans des conditions très troublantes puisque Khaled El Bey s’est comporté avec beaucoup de « complaisance » à l’égard d’Abdelkader Zoukh, ex-Wali d’Alger, et de Sellal, l’ex-Premier-ministre ainsi qu’Amara Benyounes, l’ex-ministre du Commerce. 

Nous avons appris auprès de plusieurs sources concordantes que Khaled El Bey a tenté de protéger ces hauts responsables lorsqu’il avait dirigé leurs auditions dans le cadre des poursuites judiciaires dont ils font l’objet notamment dans les dépassements constatés dans le dossier d’Ali Haddad.

La « complaisance » de Khaled El Bey aurait pu empêcher la justice algérienne d’obtenir des éléments accablants qui permettraient d’inculper les anciens dirigeants et hauts responsables de l’Etat comme Zoukh, Ouyahia ou Sellal ainsi qu’Amara Benyounes. Selon nos sources, le limogeage de Khaled El Bey a été décidé brusquement pour lever le moindre doute  sur la partialité de la justice. Khaled El Bey a, d’ailleurs, a appris la nouvelle de son limogeage au moment où il s’apprêtait à animer une conférence de presse pour expliquer aux journalistes de la presse nationale les tenants et aboutissants des convocations judiciaires adressées à une cinquantaine de hauts responsables du régime de Bouteflika.

Khaled El Bey a été remplacé dans ses fonctions par Bendaas Faycal, a indiqué à ce propos un communiqué de la Présidence de la République. Le même communiqué précise que c’est « le chef de l’Etat » Abdelkader Bensalah qui « avait mis fin aux fonctions de M. El Bey Khaled ».

 

LAISSER UN COMMENTAIRE