Le général à la retraite, Hocine Benhadid, a été enfermé encore une fois ce dimanche 12 mai à la prison d’El-Harrach après sa présentation devant le tribunal de Sidi M’hamed à Alger-centre, a-t-on appris de plusieurs sources concordantes. 

D’après nos sources, la justice a ordonné la détention provisoire du général Hocine Benhadid en attendant son procès pour les propos qu’il avait tenu le 08 mars dernier dans les colonnes du quotidien francophone El-Watan. Dans cette interview, Hocine Benhadid avait affirmé que « Gaïd Salah reçoit même des ordres des Emirats. Trouvez-vous cela normal ? Imaginez-vous un chef d’état-major de l’armée qui parle de paix et de stabilité alors qu’il reçoit des ordres de l’étranger ? »

Ces déclarations fracassantes risquent de lui valoir de sévères sanctions judiciaires, soulignent nos sources. La justice peut considérer ces déclarations comme une profonde atteinte à l’autorité de l’armée et son image.

Les propos de Hocine Benhadid avaient suscité un énorme tollé car il avait confié à El Watan que « Gaïd Salah attend juste la mort de Bouteflika pour prendre sa place. Il est sûr que si ce dernier décède, c’est lui qui reprendra les rênes du pays ».

Pour rappel, le général Benhadid a été entre 1976 à 1980 à la tête de la fameuse 8e division blindée (plus connu sous le nom de la 8e BB) et il a même participé à la Guerre du Kippour. Il était longtemps considéré comme l’un des officiers les plus influents de l’armée algérienne.

Soulignons enfin que Hocine Benhadid a été incarcéré en septembre 2015, pour “entreprise de démoralisation de l’armée”, avant d’être libéré provisoirement, en juillet 2016 pour son état de santé. Le  22 mars 2018, il a été condamné à un an de prison avec sursis et à 20.000 dinars d’amende par le tribunal de Sidi M’hamed à Alger.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE