Lors de l’Assemblée Générale tenue le 2 mai 2019 à l’amphi 8 du Bloc des Sciences, à l’Université Les Frères Mentouri, Constantine 1, les activités ont été lancées par les membres organisateurs temporaires de la précédente Assemblée ;

Après avoir fait le bilan de la semaine en revenant notamment, sur l’Assemblée Générale tenue à l’Université 3 ainsi que sur le sit-in s’étant tenu à l’Ecole Normale Supérieure de Constantine, les enseignants de différentes facultés ont noté la paralysie totale de l’Université Les Frères Mentouri.

Après un débat ayant abordé l’ordre du jour annoncé par l’Assemblée Générale, en témoignant de la profonde conscience et du grand intérêt portés à l’avenir de la patrie et au Hirak de l’Algérie Libre et Indépendante, plusieurs propositions ont été faites.

En effet, enseignants et étudiants ont discuté des différents points, y compris de la nécessité de se mobiliser dans le mouvement national en le soutenant de diverses manières pacifiques. Ces suggestions sont résumées dans le chapitre «recommandations » joint ci-dessous à cette déclaration.

Immédiatement après la fin des interventions, les enseignants ont entamé un
processus référendaire, concernant le boycott des cours, qui s’est fait par un passage aux
urnes. En voici les résultats :

-67.32% des enseignants ont voté POUR le boycott des cours pour une semaine
renouvelable ;

-28.71% des enseignants ont voté CONTRE le boycott des cours pour une semaine
renouvelable ;

-3.96 % représentent 3 bulletins blancs et 1 bulletin annulé.

L’Assemblée Générale appelle par conséquent au boycott des cours pendant une
semaine et réitère son appel aux collègues des différentes Universités de Constantine et
de ses Ecoles Supérieures à se joindre aux décisions votées par voie démocratique. Elle
souligne également la nécessité de participer à la marche nationale des Universités
mardi prochain. Enfin, tous les enseignants ont été invités à assister à l’Assemblée Générale prévue dimanche 5 mai 2019 à l’Université de Constantine 3.

L’Assemblée générale a donné également la parole aux enseignants et aux étudiants qui ont
librement exprimés leurs différents points de vue.

Plusieurs propositions ont été faites, en voici le résumé :

1. La nécessité d’établir un espace numérique afin de permettre un forum des différentes
composantes de la famille universitaire. Son but serait de faciliter la communication et la
discussion afin de se prémunir contre toute manipulation visant à casser le mouvement sur
les réseaux sociaux.

2. La création d’une Cellule de Réflexion et de Coordination chargée de débattre de
l’évolution de la scène politique, des médias, et d’une coordination entre les Universités et
les différents secteurs actifs dans le cadre du Hirak. La Cellule sera également chargée de
planifier des ateliers et des forums pour l’ensemble de la famille universitaire.

3. Créer un journal de l’université en coordination avec des étudiants et des enseignants du
département de Journalisme et de Communication.

4 – La nécessité d’une présence quotidienne des enseignants et des étudiants à l’Université
afin de contribuer activement au boycott en se faisant chacun porteur d’une mission de
sensibilisation au moyen d’interventions et de rassemblements. Cette campagne de
sensibilisation pourrait faire preuve d’une grande efficacité à travers la publication sur les
réseaux sociaux des vidéos des manifestations (à titre d’exemple) à l’intention de la
population.

5. La nécessité d’ouvrir l’espace universitaire et de rompre avec des pratiques obsolètes de
répression qui visent à entraver les activités de la famille universitaire.

6. La nécessité de mettre en place un programme hebdomadaire afin de poursuivre la
mobilité au sein de l’université pendant le mois sacré de Ramadan.

7. La nécessité de rejeter et de boycotter les élections prévues pour le 4 juillet dans une
déclaration nationale de la famille universitaire.

8. La nécessité d’une union entre les différents actants de l’Université en l’occurrence,
enseignants, étudiants et administrateurs, pour une participation plus active au Hirak.

9. Insister sur le caractère pacifique du Hirak à l’université en évitant toutes formes de
manipulation ou de provocation.

LAISSER UN COMMENTAIRE