Le 22 février 2019 restera, sans nul doute, comme le 1er novembre 1954 une date historique pour notre pays. La jeunesse, les citoyennes et citoyens Algériens se sont levés comme un seul homme pour sortir d’une oppression qui n’a que trop duré et pour demander un changement radical exprimé par Yetnahaw Gaâ et la volonté d’une démocratie !

Il n’y a de légitimité que celle des urnes mais nous ne sommes pas prêt. Nous sortons de plus de 20 ans d’endoctrinement politique, populiste et religieux. Nous ne devons pas nous hâter même si, dans cette situation, le temps joue contre nous, je dirai donc en paraphrasant Boileau :

  • « Hâtons-nous lentement, et sans perdre courage ! »

Voici donc, une feuille de route vers la démocratie et une Algérie Nouvelle:

  1. Une présidence collégiale de transition -avec les prérogatives d’un président- composée de 3 à 5 personnalités plébiscitées par le mouvement durant les marches et portées par les corps d’État: sécuritaire (état-major de l’ANP) et judiciaire (les magistrats) qui doivent endosser le projet du peuple algérien en application des articles 7 et 8 de la constitution.*La présidence collégiale n’aura d’objectif que celui de tout mettre en œuvre pour préparer des élections libres et transparentes pour la concrétisation des articles 7 et 8.
  2. Les débats et les votes de cette présidence doivent être publics et télévisés.
  3. Cette présidence nomme un gouvernement de transition pour la gestion des affaires courantes.
  4. Nettoyer les listes électorales et remettre les fichiers à jour.
  5. Suppression des lois liberticides pour la libre création d’association et de partie politique afin de préparer des élections et organiser les débats de la société civile.
  6. Dissoudre les deux chambres et organiser des élections au niveau de chaque wilaya pour la formation d’une Assemblée constituante nationale.
  7. Préparer une nouvelle constitution par l’Assemblée constituante dans le strict respectde la charte des droits de l’homme, de la séparation des trois pouvoirs (législatif, exécutif et judiciaire) et l’équilibre des forces entre eux.
  8. Soumettre la constitution à un referendum.
  9. Lancer de nouvelles élections dans le cadre établi par la nouvelle constitution au plus tard une année après la désignation de la présidence collégiale.

Soyons acteur de l’avenir de notre pays !

Soyons une force de proposition !

Allons ensemble vers la démocratie et une Algérie Nouvelle !

Cette feuille de route a été signée par prés de 200 universitaires Algériens sur ce lien 

LAISSER UN COMMENTAIRE