Le général Ghali Belkecir encore et toujours. L’actuel commandant de la gendarmerie nationale est, décidément, le dernier des plus grands corrompus du régime de Bouteflika qui reste encore dans ses fonctions. Algérie Part a obtenu au cours de ses investigations de nouveaux documents exclusifs qui accablent le général Belkecir, et son entourage, plongé jusqu’au cou dans des affaires de corruption. 

Ces documents concernent plus exactement une affaire qui implique Mourad Mankoura, le responsable contentieux à la Résidence d’Etat du Sahel de Club-des-Pins. Ce fonctionnaire s’occupait des locataires de la Résidence d’Etat qui ne payaient pas leurs factures. Or, il s’avère que Mourad Mankoura a noué des liens d’amitié avec le colonel de la gendarmerie nationale Zaaboub Walid, l’un des officiers les plus proches du général Ghali Belkecir. Son homme de main, ont confié de nombreuses sources sûres à Algérie Part. Le colonel Zaaboub Walid était le chef du groupement de la gendarmerie nationale de Chéraga. A ce titre, il avait été instrumentalisé par Ghali Belkecir pour « épauler » des entreprises de BTP qui candidataient pour obtenir des marchés de travaux publics au sein de la Résidence d’Etat du Sahel. En contrepartie de ce « parrainage » et soutien politique, ces sociétés de BTP remettaient des commissions ou rétrocommissions à l’homme de main du général Ghali Belkecir.

Mais le scandale a fini par éclater lorsque la direction générale de la Résidence d’Etat du Sahel a découvert que les sociétés « recommandées » par le général Belkecir et ses deux acolytes le colonel Zaaboub Walid ainsi que le fonctionnaire Mourad Mankoura, ont largement gonflé les factures de certains travaux exécutés au sein des installations de Club-des-Pins. Il s’agit de marchés qui valent 3 milliards de centimes, mais qui ont été facturés par les entreprises du réseau du Général Belkecir 12 milliards de centimes à la Résidence d’Etat du Sahel.

Pour étouffer ce scandale, le général Ghali Belkecir utilise la carte de son épouse, la présidente de la Cour de Tipaza, qui disposait d’une énorme influence sur l’ancien ministre de la Justice, Tayeb Louh. Avec le complicité de ce dernier, Ghali Belkecir fera gagner à la direction générale de Club-des-Pins tous les procès intentés contre des entreprises de BTP qui n’ont pas honoré leurs engagements contractuels.

Cependant, en décembre 2018, ce dossier atterrit sur le bureau du Premier-ministre à la suite d’une plainte déposée par une entreprise privée à l’encontre de Mourad Mankoura. Ce dernier a tenté de racketter le gérant de cette entreprise privé en lui demandant ouvertement un pot-de-vin. Le scandale de trop.

Et depuis cette date-là, les réseaux de la « tchippa » du général Belkecir à Club-des-Pins ont été démantelés. Pendant ce temps-là, Mourad Mankoura a eu le temps nécessaire de ramasser une véritable fortune avec une villa à Zéralda, un appartement haut standing dans une résidence à Cheraga, une Golf et un Tiguan Volkswagen pour lui ainsi qu’une Audi S3 pour son fils. Quand au général Belkecir, Algérie Part publiera bientôt des révélations choquantes sur son train de vie princier…

LAISSER UN COMMENTAIRE