Le procès  d’Ali Haddad est programmé le 20 mai prochain au tribunal de Bir Mourad Raïs, a-t-on appris de sources sûres. Le milliardaire algérien et patron de l’ETRHB est poursuivi en vertu des articles 222 et 223 du code pénal, selon nos sources. En toute vraisemblance, la justice algérienne poursuivra Ali Haddad pour « faux commis dans certains documents administratifs et certificats ».

« Quiconque contrefait, falsifie ou altère les permis, certificats, livrets, cartes, bulletins, récépissés, passeports, ordres de mission, feuilles de route, laissez-passer ou autres documents délivrés par les administrations publiques en vue de constater un droit, une identité ou une qualité, ou d’accorder une autorisation, est puni d’un emprisonnement de six (6) mois à trois (3) ans et d’une amende de mille cinq cents (1.500) à quinze mille (15.000) DA », stipule l’article 222.

Ce procès ne manquera pas d’attirer les projecteurs des médias algériens. Il suscitera certainement un vif engouement populaire car Ali Haddad est l’un des symboles du cercle très restreint d’Abdelaziz Bouteflika.

LAISSER UN COMMENTAIRE