Algérie Part avait révélé dans une précédente publication comment la formation en Angleterre du fils de l’actuel Premier-ministre, Nourredine Bedoui, a coûté à Air Algérie l’équivalent de près de 100 mille euros. Cette somme a été gaspillée pour rien puisque le fils de Bedoui, Réda Bedoui,  a été renvoyé par l’Académie de l’aviation d’Oxford en raison de ses mauvaises notes lors des examens. 
Cette contre-performance n’a pas empêché finalement Réda Bedoui de trouver du travail dans une autre compagnie aérienne… publique ! Il s’agit de la Tassili Airlines, filiale du groupe Sonatrach, qui a recruté Réda Bedoui… sans diplôme. Non, vous ne rêvez pas, en Algérie, peu importes vos notes, vos diplômes et votre parcours académique, si vous êtes le fils d’un haut responsable politique, vous pourrez devenir pilote sans aucun obstacle majeur.
Réda Bedoui est toujours en poste chez Tassili Airlines après avoir été ajourné de l’académie de formation CAE OXFORD, l’une des plus prestigieuses écoles de formation des pilotes dans le monde entier. Ce favoritisme criant démontre que l’Algérie n’a toujours pas encore changé. Et Nourredine Bedoui a largement profité de ses relations et de ses fonctions pour offrir à son fils une carrière qu’il n’aurait jamais pu rêver s’il était l’enfant d’un simple mortel algérien. C’est sans doute pour cette raison que Bedoui est incontestablement l’un des visages de la corruption de l’ancien régime algérien.

LAISSER UN COMMENTAIRE