Le RND, le deuxième parti le plus puissant du pays après le FLN, était géré comme une organisation mafieuse. Et c’est l’un de ses hauts responsables qui vient de le reconnaître publiquement dans un témoignage inédit diffusée sur une chaîne de télévision privée ! 

Dans ce témoignage, Seddik Chihab, l’un des dirigeants du RND, véritable pilier du pouvoir algérien, dévoile les dessous des décisions qui lui ont été imposées pour donner à Abdesslam Bouchouareb, l’ex-ministre de l’Industrie, un rôle important au sein de ce parti.

« Said m’a appelé vers 23 heures. Et moi je savais qu’ils étaient dans une soirée entre amis (…) Il m’a dit : « alors vous n’allez pas vous mettre d’accord toi et Abdeslam (Bouchouareb) ? ».  Chihab prétend avoir répondu : « ce monsieur a été chassé de sa wilaya. Vous nous l’avez imposé. On lui a donné la troisième place et maintenant vous voulez nous l’imposer ».

Chihab Seddik raconte enfin avoir le reçu le lendemain un appel du général-major Ahmed Boustila, ancien commandant de la gendarmerie nationale, au sujet de Bouchouareb.  « Alors vous allez vous mettre d’accord ou vous voulez que j’envoie le panier à salade », a-t-il menacé, selon les propos de Chihab. Voici la version intégrale de ce témoignage qui en dit long sur le fonctionnement vicieux de nos organisations politiques :

LAISSER UN COMMENTAIRE