Il s’appelle Benhachem Tayeb. C’est un dirigeant totalement méconnu par l’opinion publique. Et pourtant, ce monsieur était jusqu’à aujourd’hui, l’inspecteur général du ministère de la Justice. Benahachem Tayeb fut pendant longtemps l’un des piliers du système de Tayeb Louh, l’ex-ministre de la Justice. 

Benhachem Tayeb a été limogé ce lundi de son poste, a révélé le Club des magistrats algériens (CMA). Ce haut responsable est considéré comme le véritable cerveau du système de répression et de contrôle des magistrats instauré par Tayeb Louh pour domestiquer la justice algérienne.

Il s’avère que Benhachem Tayeb a abusé dangereusement de ses fonctions et du pouvoir dont il jouissait pour amasser une véritable fortune incarnée par un patrimoine immobilier impressionnant. En effet, nous avons appris au cours de nos investigations que ce dirigeant possède sous son nom et par le biais de plusieurs prêtes-noms deux appartements à Oran, une villa à Draria, l’un des quartiers chics d’Alger, une autre villa à Tlemcen ainsi qu’une luxueuse résidence à Mostaganem. Selon nos sources, plusieurs magistrats ont réclamé l’ouverture d’une enquête judiciaire pour déterminer les circonstances dans lesquelles cet ancien haut responsable et bras droit de Tayeb Louh a pu s’offrir de telles propriétés immobilières. Cette enquête risque de révéler des surprises sur l’ampleur de la corruption qui régnait dans l’entourage de Tayeb Louh.

LAISSER UN COMMENTAIRE