Oui, c’est vrai, Issad Rebrab, l’homme le plus riche en Algérie et de tout le Maghreb a bel  et bien été convoqué à la brigade de gendarmerie nationale de Bab Jedid. Mais contrairement à ce que raconte le patron de Cevital sur sa page Facebook, il n’a pas été uniquement interrogé sur les « blocages » dont sont victimes ses projets. 

Non, loin s’en faut ! Au contraire, pendant plus d’une heure et demie, Rebrab a été interrogé sévèrement au sujet des ses multiples transferts d’argent et de devises à l’étranger ces dernières années. Issad Rebrab a été également convoqué pour fournir des explications approfondies concernant les origines des fonds avec lesquels il a procédé à l’acquisition de plusieurs sociétés et biens immobiliers ou économiques en France, Italie et d’autres pays.

L’homme le plus riche du pays, il pèse plus de 3 milliards de dollars, a été « bombardé » de question concernant les dessous du « monopole » longtemps entretenu par CEVITAL sur le marché de l’huile et du sucre. Les enquêteurs de la gendarmerie nationale se sont intéressés aussi à ses connexions avec le monde politique notamment avec certains hauts responsables militaires comme le général Toufik, l’ex-patron emblématique du DRS. Mais tous ces détails sulfureux, Rebrab n’a pas voulu les dévoiler sur sa page Facebook…

 

LAISSER UN COMMENTAIRE