En début d’année 2019, les résultats du concours pour l’exercice de la profession de notaire avaient été annoncées. Depuis cette annonce, des dizaines de personnes se sont rassemblés au niveau du Ministère de la Justice pour dénoncer des dépassements dans les listes des résultats ce qu’ils qualifient être une trahison à leur encontre.

Ces postulants ont réclamé une enquête sur les délibérations des examens et ont appelé à l’instauration d’un nouveau barème au concours d’exercice de la profession de notaires.

S’ils affirment que le concours n’était qu’une simple formalité et que les résultats avaient été préparés bien avant la tenue du concours, privilégiant ainsi plusieurs candidats privilégiés au détriment d’autres bien plus méritants selon eux.

Algeriepart a pu obtenir le listing des personnes retenues pour la profession de notaire à Alger. On y retrouve effectivement des noms proches du Ministère de tutelle, en l’occurrence la Justice, mais également des noms réputés proches du pouvoir.

C’est surtout le nombre important d’heureux candidats liés à d’autres notaires en exercice et à des fonctionnaires même du Ministère de la Justice qui nous a paru étrange. Exemples.

Ait Aoudia Elyas, fils du Directeur des Ressources humaines dudit Ministère, l’assistante du Secrétaire Général du même Ministère Mme Ghezloune Fella, Rebbouh Fettouma employée au Ministère de la Justice, Mahieddine Fatiha responsable de service au niveau du même Ministère.

 »C’est pas un conflit d’intérêt ça ? Des candidats employés par le Ministère qui prennent part à un concours organisé par le même Ministère et qui l’obtiennent pratiquement tous ! Vous trouvez ça logique ?’’ s’indignera un manifestant.

D’autres personnes retenues au concours sont très contestées et cristallisent une réticence unanime à leur encontre de la part des présents, qui ont demandé, en vain, une entrevue avec le Garde des Sceaux.

Parmi ceux-là, la journaliste Belkessam Farida, figurant sur cette liste, est l’épouse de Mr Benhamadi, l’oligarque de Bordj Bou Arreridj et la sœur du secrétaire général du ministre de la Poste et des technologies de l’information et de la communication (MPTIC).

Mais c’est surtout le nom de Wafa Ines, la fille du Général Major Belkessir et de Mme Fatiha Boukhorssa, Présidente du Tribunal de Tipaza qui ne passe pas aux yeux des contestataires !

 »Cette fille a été très discrète. On ne l’a presque jamais vue. Et il faut avouer que bien d’autre candidats avaient un bien meilleur niveau qu’elle !’’ estimaient les protestataires.

Une République de nantis ? c’est ce que semblent croire les 150 personnes qui demandent plus de transparence et l’affichage des notes du concours.

LAISSER UN COMMENTAIRE