Le général de corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire (ANP) a mis en garde, mardi à Ouargla, contre certaines personnes, à leur tête l’ex-Chef du DRS, le général de corps d’Armée à la retraite, sans le nommer (Mohamed Mediene dit Toufik), qui « continuent d’activer contre la volonté du peuple et d’œuvrer à attiser la situation ».

Dans une allocution au 2ème jour de sa visite à la 4ème Région militaire à Ouargla, le général de corps d’Armée a « mis en garde contre certaines personnes qui ont longtemps abusé des richesses du peuple et qui continuent d’activer contre la volonté du peuple et d’œuvrer à attiser la situation, en approchant des parties suspectes, et certains responsables et partis politiques », indique un communiqué du ministère de la Défense nationale.

« J’ai déjà évoqué, lors de mon intervention du 30 mars 2019, les réunions suspectes qui se tiennent dans l’ombre pour conspirer autour des revendications du peuple et afin d’entraver les solutions de l’ANP et les propositions de sortie de crise », a-t-il rappelé. « Toutefois, ces parties,

à leur tête l’ex-Chef du Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS) ont tenté, en vain, de nier leur présence dans ces réunions, et d’induire en erreur l’opinion publique, et ce, en dépit de l’existence de preuves irréfutables sur ces faits abjects », a relevé le chef d’Etat-major de l’ANP.

« Nous avons affirmé, ce jour-là, que nous allions dévoiler la vérité, et les voici continuer à s’agiter contre la volonté du peuple et œuvrer à attiser la situation, en approchant des parties suspectes, et inciter à entraver les solutions de sortie de crise. A cet effet, je lance à cette personne un dernier avertissement, et dans le cas où il persiste dans ses agissements, des mesures légales fermes seront prises à son encontre », a averti le général de corps d’Armée.

Dans ce contexte, « comme j’ai souligné lors d’occasions précédentes la nécessité pour la justice de poursuive les individus impliqués dans des affaires de corruption, nous attendons à ce que les instances judiciaires concernées accélèrent la cadence du traitement des différents dossiers concernant certaines personnes ayant bénéficié indûment de crédits estimés à des milliers de milliards, causant préjudice au Trésor public et dilapidant l’argent du peuple », a-t-il affirmé.

LAISSER UN COMMENTAIRE