Le Président par intérim Abdelkader Bensalah, a prononcé, sa première  allocution à l’adresse du peuple algérien, le mardi 9 Avril. Une allocution à l’opposé  des revendications  exprimées par le peuple pour la transition démocratique. Il est important de souligner  la justesse  de la déclaration du secrétariat général de l’ONU du 3 Avril  qui ‘’ souhaite une transition pacifique et démocratique qui reflète les désirs du peuple algérien.’’, alors que  la première allocution du chef de l’Etat ne mentionne  aucunement la transition démocratique.

De plus, le chef de l’Etat a rendu hommage dans son discours aux forces de notre Armée Nationale Populaire qui n’ont jamais failli à l’accomplissement, combien fondamental, de leur mission constitutionnelle et à la sagesse de son Commandement qui a opté pour le respect de la Constitution en tant qu’unique référence afin de permettre à notre peuple de réaliser ses aspirations et surmonter la crise actuelle.’’ Ce qui amène à s’interroger sur le rôle de l’armée dans la révolution démocratique du 22 Février.

L’armée s’est-elle écartée de ses missions constitutionnelles ?

De mon point de vue, la rupture de l’ordre constitutionnel amorcée par le report de l’élection présidentielle constitue une menace potentielle  à la stabilité du pays.

Le report de l’élection présidentielle, initialement programmée le 18 avril, ne repose sur aucun fondement constitutionnel. Si bien que l’établissement de règles en dehors du cadre  constitutionnel peut être évoqué à partir du 11 mars, date de l’annonce  du report, ce qui aurait pu permettre à l’armée de s’impliquer, dès le soir du 11 mars,  dans le lancement  d’une négociation d’une période de transition sous l’égide d’un gouvernement d’union nationale. La date du 11 mars est le rendez-vous manqué pour l’aboutissement d’un règlement politique de consensus à la crise politique.

Néanmoins, il faut distinguer entre : d’une part organiser  des élections périodiques plus ou moins transparentes qu’il faut dénoncer et d’autre part  décréter le report des élections sine die, car la tenue régulière de l’élection présidentielle constitue un jalon de gouvernance dans la vie  politique.  C’est dans ce contexte particulier, qu’il faut saluer la non-participation des partis d’opposition à l’élection présidentielle.

En tout état de cause, le régime politique algérien doit redoubler d’efforts afin de répondre à l’aspiration du peuple. Il lui appartient d’évaluer rigoureusement la situation politique  et d’agir à l’aune des objectifs de la charte de la démocratie, des élections et de la gouvernance de l’Union Africaine.  Et comble de l’ironie diplomatique, le régime politique algérien a appelé  à “une transition pacifique et fluide du pouvoir conformément à la volonté du peuple soudanais frère et ses aspirations légitimes”, peut-on lire dans le communiqué publié le vendredi 12 Avril, par l’APS. (Algérie Presse Service).

Par Benteboula Mohamed-Salah, [email protected]

Géographe. Auteur du livre ‘’La diplomatie algérienne à deux têtes ‘’ Editions Amazon 2017

LAISSER UN COMMENTAIRE