L’association Rassemblement Action et Jeunesse (RAJ) et le MDS, parti politique de la gauche algérienne, ont lancé de graves accusations à l’encontre de la Police algérienne. Dans un communiqué parvenu à notre Rédaction, RAJ a fait savoir que des militantes interpellées samdi ont été humiliées et déshabillées dans un commissariat situé à Baraki (Alger). 

« Hier lors de l’interpellation ciblée, avant le rassemblement, de les militantes du RAJ et celles du MDS au niveau de la grande poste lors de l’interdiction du rassemblement qui devait ce tenir à la grande poste, la police a procédé au commissariat de Berraki à Alger à la fouille corporelle avec déshabillement des militantes par une policière chose qui n’est pas totalement adaptée à ce genre d’interpellations », explique RAJ dans son communiqué.

L’association a dénoncé « ses comportements d’un autres âge » et « condamne avec force ces actes qui portent atteinte à la dignité de la personne humaine ».

Le mouvement RAJ considère enfin que « cette manière d’agir n’est que de l’intimidation et de la pression inutiles sur les militantes ne visant qu’à démobiliser et décourager les Algériennes de revendiquer leurs droits à la liberté de manifester et de rassemblement », conclut enfin ce communiqué signé par Fersaoui Abdelouhab, le président de RAJ.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE