Le peuple est sorti par millions avec une conscience politique sans précédente & un civisme exceptionnel salué par le monde entier, nous sommes unis comme un seul homme, malgré toutes nos différences culturelles & sociales. C’est une première !

Néanmoins, l’absence de leader qui fait l’unanimité et qui est capable de transformer ce mouvement en une action politique d’envergure impose à notre conscience collective de multiplier nos efforts pour accomplir ce mouvement de dégagisme & d’émancipation.

Quelles sont les revendications majoritaires à l’heure actuelle ?

-Le départ des 3B car ce sont des symboles d’un système qui a failli pendant 20ans de pouvoir

-l’arrêt du processus électoral prévu pour le 04 Juillet 2019, il n’est pas possible d’assurer des élections transparentes sous l’égide de ce même système qui a fraudé toutes les élections des dernières années.

Et bien sûr une nouvelle Algérie libre & démocratique !

En effet, il est indéniable qu’après 8 semaines de manifestations & au vu des prévisions économiques extrêmement dangereuse pour la sécurité nationale du pays à court terme, nous devons s’accorder rapidement sur une feuille de route. La solution est dans la constitution & la légalité qui ont été mises en avant par l’institution militaire. Je m’explique : l’article 7 stipule que le pouvoir constituant appartient au peuple.

Je propose :

-La démission des 3B & des membres du gouvernement

-Le gel de l’assemblée nationale & du conseil de la nation

La mise en place d’un conseil de transition composé de 3 personnalités légitimes & qui font le consensus : un (une) économiste, un (une) juriste & un (une) militaire

-Mise en place d’un gouvernement transitoire de technocrates par le conseil de transition

-Référendum sur les contours de l’assemblée constituante organisée par le conseil de transition après consultations.

Afin de rassurer le peuple quant à la sincérité de quelconque action, il est nécessaire de donner des gages de confiance tels que la fermeture du partie politique FLN, maux de tous les problèmes en Algérie depuis l’indépendance.

Par Hamou SADAOUI, chef d’entreprise 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE