L’Algérie, durant ces 2 derniers mois, a été le théâtre de l’un des plus beaux mouvements révolutionnaires de ces 50 dernières années. Bien au-delà de l’esprit de liberté qui se dégage de lui, ce mouvement est le témoin d’un génie incroyable aux multiples facettes qui allie l’intelligence à l’humour, la créativité à l’engagement, la témérité à l’espérance.

Cette révolution insolite, intrigante, étonnante est un cas d’école tant le pacifisme et le sourire sont sa marque de fabrique comme un pied de nez à l’histoire qui jusque-là n’a jamais épargné l’Algérie

Nous en sommes à notre Huitième semaine de lutte pacifique et pour la première fois nous assistons incrédules au déploiement d’une contre-offensive qui mêle propagande, provocation et dérive sécuritaire faisant des évènements de la célèbre place Audin la première fausse note d’une très belle symphonie.

Il est désormais nécessaire, urgent, vital d’en tirer les premières conclusions et d’y répondre politiquement pour ne pas devoir y répondre autrement !!!!

À l’impossible nul n’est tenu. Il n’y a rien à attendre d’un pouvoir qui n’est pas en capacité de céder ni disposé à négocier. Cela reviendrait à reconnaître son illégitimité originelle, perpétuelle.

Devant l’impasse, notre passivité et notre incapacité à proposer une alternative politique crédible comme un second souffle à cet élan de liberté est une erreur coupable, une faute impardonnable.

Il y a bien longtemps que  nous avons cessé d’être dans un Etat de droit tant la constitution a été bafouée, perdant manifestement son caractère dogmatique !
Si tant est qu’il puisse y avoir dans une constitution la réponse à la révolte d’un peuple contre un régime autoritaire.

Cessons les discours creux et les analyses vides de sens autour d’une constitution désormais caduque, se perdant  dans les méandres d’un texte juridique qu’on a pas voté.

À situation exceptionnelle, réponse exceptionnelle.

Soyons pressés, futés, rusés, pragmatiques, crédibles. L’Algérie n’a pas manqué d’enfanter des citoyens honnêtes, des femmes et des hommes responsables , des techniciens de talent, des politiciens hors pair, bref des héros du quotidien.

Opposons à la calomnie le témoignage de la probité.
Opposons au suffrage universel, le bon sens populaire.
Opposons au vide juridique, le poids de nos convictions.

Ne jetons pas l’opprobre sur tous les enfants de ce pays sincères, honnêtes et patriotes.
Djamila Bouhired, Zohra Drif, Mustapha Bouchachi, Karim Tabou, Fodil Boumala, Ahmed Benbitour, slimane saadaoui, Zoubida Aassoul, abd elwakil blamm, Ismail Lalmas, Fares Mesdour, Soufiane Djillali…. Autant de femmes et d’hommes pour porter la voix du peuple et se constituer en un contre pouvoir prêt à prendre le destin de l’Algérie en main.

En 1956,Le congrès de la Soummam a transformé le visage de la révolution algérienne comme nul autre moment, il n’y avait alors ni constitution ni constituante ni même d’Algérie, mais juste une armée coloniale aux trousses.

Inspirons-nous de son esprit pour réécrire notre destin, et sceller le sort d’une organisation mafieuse à la tête de la grande Algérie, qui a récemment qualifié dans sa longue litanie les aspirations du peuple  de demandes relevant du miracle !!

Arrêtons de jaser, vociférer, palabrer sans quoi nous serions complices.
il est venu le temps de S’ORGANISER !!!On le doit à l’Algérie.

Ne laissons pas cette belle symphonie se transformer en un triste requiem.

Par Benadouda Zouina 

LAISSER UN COMMENTAIRE