Hamid Goucem, le Directeur de la police de l’Air et des frontières (PAF), est en train de vivre ses derniers jours, voire ses dernières heures dans son poste, a-t-ont appris de plusieurs sources concordantes. La DGSN devrait statuer sur son limogeage en raison de plusieurs erreurs professionnelles. 

Selon nos sources, Hamid Goucem est accusé d’avoir manqué de vigilance au moment où certains hommes d’affaires recherchés ou interdits de quitter le territoire national ont pu emprunter l’aéroport d’Alger pour se rendre à l’étranger.

Nos sources ont insisté sur la proximité de Hamid Goucem avec l’ex Ministre de l’Intérieur Bedoui, qui l’avait maintenu en Septembre 2018 après avoir pourtant été limogé par le DGSN de l’époque Mustapha Lahbiri.

Goucem, réputé pour sa proximité avec Abdelghani Hamel, serait également un proche de la famille Kouninef. Ainsi, selon nos informations, Noah Kouninef, l’un des frères Kouninef, et Toufik Lerari, l’un des acteurs les plus influents du FCE d’Ali Haddad et l’un des patrons de l’agence de communication Allégorie, ont pu étrangement  quitter le pays le 31 mars dernier pour rejoindre Nice, au sud de la France, alors qu’ils étaient frappés par une interdiction de quitter le territoire national (ISTN) car ils faisaient partie de la liste des personnalités faisant l’objet des investigations de la gendarmerie nationale sur des faits de corruption.

Les relations entretenues avec des personnes proches du cercle présidentiel avec celui qui est à la tête d’un service aussi stratégique que la police des frontières auraient servi, nous dit-on, a écarter plusieurs cadres de la police qui s’opposaient à la mise en place de privilèges et de facilités accordés à des hommes d’affaires véreux.

Parmi eux, le commissaire divisionnaire Lahcen Hassain, ex-responsable de la police des frontières à l’aéroport international d’Alger, qui se trouve muté sans poste à Constantine. Ou encore l’ex Directeur de l’école de Police Hadj Said, ou l’officier Si Salem…

Avec ce nouveau changement, la DGSN veut ainsi réorganiser les services de la PAF pour ne plus permettre ces dérives qui compromettent la crédibilité des enquêtes sur de grosses affaires de corruption dans lesquelles sont impliqués des richissimes hommes d’affaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE