La Ligue Algérienne de Défense des Droits de l’homme (LADDH) a dénoncé vigoureusement les barrages filtrants de la gendarmerie et l’usage des canons à son dans un communiqué rendu public ce vendredi à l’occasion du 8e acte du mouvement populaire algérien réclament le départ des hauts responsables corrompus et contestés du régime.

« Les dispositifs sécuritaires déployés sont disproportionnés par rapport au caractère pacifique des manifestations et le devoir aujourd’hui est de protéger et d’assurer la sécurité des manifestations pacifiques », écrit-elle dans communiqué. « La ligue met en garde contre toute tentation de répression de ces manifestations pacifiques », ajoute-t-il. « Comme la ligue met en garde contre l’utilisation de dispositif sécuritaire tel que le canon à son, système pouvant causer des graves problèmes auditifs à l’égard des manifestants », explique enfin LADDH.

LAISSER UN COMMENTAIRE