Tayeb Louh, l’ancien ministre de la Justice, l’un des piliers du système Bouteflika, a fui la capitale Alger en ces moments troublants marqués par une vague d’arrestations et d’interdictions de sortie du territoire national imposées à de nombreux anciens caïds du régime algérien. Selon nos informations, Tayeb Louh s’est réfugié depuis plusieurs jours à Msirda, un village situé tout près de la frontière algéro-marocaine, dans la commune de Bab El Assa. 

Tayeb Louh a précipité sa fuite vers cette région frontalière après avoir achevé une importante transaction immobilière. Il s’agit de la villa léguée à sa fille à Dely Ibrahim. Un bien prestigieux qu’il a cédé pour la modique somme de… 47 milliards de centimes ! Une véritable fortune. Mais comment Tayeb Louh s’est-il approprié d’un tel bien immobilier dans l’un des quartiers les plus chers de la capitale Alger ? On risque de ne jamais obtenir  des réponses à cette question car de nombreuses sources locales à Tlemcen redoutent l’évasion de l’ex-ministre de la Justice à travers la frontière marocaine. Plusieurs citoyens de la wilaya de Tlemcen ont, d’ailleurs, alerté les services de sécurité sur ce risque de fuite de l’un des symboles de corruption et de l’oppression du régime algérien durant ces 10 dernières années.

LAISSER UN COMMENTAIRE