Non, il n’y a aucune interdiction de sortie du territoire nationale (ISTN) qui a été imposée à plusieurs hommes d’affaires et personnalités politiques en Algérie dans le sillage de l’appel de l’armée nationale et populaire à l’application de l’Article 102 pour destituer Abdelaziz Bouteflika. 

Selon nos investigations, les agents de la Police aux Frontières (PAF) ont été uniquement instruits de signaler les déplacements à l’étranger et les entrées sur le territoire national d’un certain nombre d’homme d’affaires et politiciens. Une liste comprenant des richissimes businessmans et des hommes politiques a été introduits au sein du système informatique de gestion des données de la PAF. Ce système signale automatiquement les sorties et entrées sur le territoires de ces personnalités qui sont visiblement dans le viseur de services de sécurité. Mais nos  sources sont unanimes : aucune personnalité majeure dans le monde des affaires ou la politique n’a été empêchée de quitter le territoire algérien.

Et pourtant, certaines informations affolantes ont rapporté que des richissimes et influentes personnes comme Ali Haddad ou Mahieddine Tahkout ont été frappées d’une ISTN. Or, ces informations ne sont pas fondées, a-t-on appris au cours de nos investigations. Ali Haddad a fait récemment un déplacement rapide en Espagne sans qu’il soit inquiété. Il devra également rallier Marseille depuis Constantine au début de la semaine prochaine. En ce moment, des Fake-news circulent massivement en Algérie aggravant ainsi le climat politique délétère dans lequel il est plongé le pays à cause du prolongement du mandat présidentiel d’Abdelaziz Bouteflika.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE