Les événements s’accélèrent en Algérie et les informations les plus affolantes sont en train de circuler massivement suscitant ainsi un énorme vent de panique. Mais, attention, plusieurs de ces informations sont fausses et infondées. Preuve en est, des Fake-News ont rapporté qu’une réunion s’est tenue en urgence au siège du Conseil Constitutionnel à Ben Aknoun (Alger) à la suite du discours de Gaïd Salah, le chef d’Etat-Major de l’ANP. 

Cette information est fausse et infondée, a-t-on pu confirmer auprès de plusieurs sources concordantes. Aucune réunion n’a été organisée au niveau du Conseil Constitutionnel. Et cette instance, présidée par Tayeb Belaïz, l’un des dirigeants les plus fidèles aux Bouteflika, n’a pas encore réagi officiellement à l’injonction du Premier responsable de l’Armée concernant l’application de l’article 102.

En revanche, nous avons pu effectivement confirmer que l’entourage proche d’Abdelaziz Bouteflika n’a pas été associé à la décision d’Ahmed Gaïd Salah s’agissant de l’annonce d’un plaidoyer en faveur de l’application de l’article 102. Saïd Bouteflika, le conseiller et frère d’Abdelaziz Bouteflika, n’a pas été consulté ni contacté par Ahmed Gaïd Salah autour de ce sujet. Pis encore, aucun canal de communication n’a été établi entre le clan de Zéralda, à savoir l’entourage d’Abdelaziz Bouteflika et de son frère Saïd, ainsi que le chef d’Etat-Major de l’ANP au sujet d’une feuille de route impliquant l’article 102 comme sortie de crise.

Ce qui démontre qu’entre la Présidence et les responsables de l’Armée algérienne, il y a bel et bien un fossé d’incompréhension qui commence à se creuser.

LAISSER UN COMMENTAIRE