ExxonMobil a suspendu la signature d’un important contrat avec Sonatrach. Un contrat qui concernait un méga-projet d’exploration et d’exploitation de gaz de schiste.  Nous avons pu confirmer officieusement cette information rapportée par le Wall Street Journal la semaine passée. 

Des sources proches de la direction générale de Sonatrach ont confirmé à Algérie Part la suspension des projets du géant américain ExxonMobil en Algérie. Une suspension qui s’inscrit dans le sillage de l’instabilité politique que craignent les managers américains depuis le début du mouvement populaire le 22 février dernier en Algérie. Un mouvement de contestation qui remet en cause la légitimité des dirigeants avec lesquels traitaient les managers d’ExxonMobil. Et pour les décideurs de cette puissante multinationale, il n’est pas question de parier sur un cheval perdant. Ils ont donc jugé prudent de retarder leurs investissements en Algérie devant cette incertitude induite par la crise politique que traverse le pays.

Il faut savoir que plusieurs réunions ont été organisées entre le PDG de Sonatrach Abdelmoumen Ould Kaddour et des représentants d’ExxonMobil. Ces derniers ont manifesté leur intérêt officiellement de revenir en Algérie lors d’une réunion tenue à Paris à la fin de l’année 2018. A l’époque, la nouvelle mouture de la Loi sur les Hydrocarbures avait suscité l’enthousiasme des négociateurs d’ExxonMobil. Aujourd’hui, avec tous ces chamboulements politiques, cette nouvelle loi est tout simplement compromise. Il n’y a donc plus aucun intérêt pour investir en Algérie.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE