Le crédit populaire Algérien (CPA), l’une des banques publiques les plus importantes du pays, vient d’offrir un nouveau marché au fils de l’ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia. En plein mouvement populaire pour le changement et alternance démocratique, les hauts responsables algériens poursuivent leurs affaires louches et leur enrichissement personnel. 

Preuve en est, Lamine Ouyahia et son associé Mehdi Zakaria ont obtenu le 6 mars dernier un juteux contrat qui leur permet d’assurer la sécurité des systèmes d’information du CPA. Le contrat a été signé avec la société Unidees qui appartient en partie au fils d’Ahmed Ouyahia, l’un des caciques du régime algérien les plus décriés par les manifestants algériens réclamant chaque vendredi le départ cette « caste dirigeante ».

Ce marché estimé à 32 millions de Da. Pour rappel, Algérie Part avait publié auparavant toute une enquête fouillée sur le patrimoine immobilier financier de la famille d’Ahmed Ouyahia. Ce dernier fait partie du cercle très restreint des politiques les plus riches en Algérie. Et le mouvement populaire de contestation qui ébranle les rues chaque vendredi n’arrête pas encore les appétits affairistes de ces dirigeants sulfureux.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE