Les signaux sont au rouge en Algérie. L’économie algérienne vacille terriblement et les derniers chiffres font froid dans le dos. Des données qui démontrent toute l’étendue de la mauvaise gouvernance dont souffre notre pays. Des réalités amères qui risquent de mener l’Algérie vers la disette si l’instabilité politique perdure encore longtemps dans les semaines à venir. 

Depuis janvier 2019, les exportations algériennes ont chuté en s’établissant à 2,367 milliards de dollars (mds usd) en janvier 2019 contre 3,835 mds usd en janvier 2018, en baisse de 38,3%, indique le Centre national des transmission et du système d’information des Douanes (Cntsid) qui précise que les chiffres de janvier 2019 sont provisoires alors que ceux de janvier 2018 sont consolidés. Quant aux importations, elles ont connu une très légère baisse pour s’établir à 3,803 mds usd en janvier 2019 contre 3,880 mds usd au même mois de l’année 2018, soit une baisse de 1,98%. Les exportations ont assuré la couverture des importations à hauteur de 62% en janvier 2019 contre 99% en janvier 2018.

Les exportations des hydrocarbures, qui ont représenté l’essentiel des ventes algériennes à l’étranger en janvier 2019 (90,32% du volume global des exportations), ont chuté en s’établissant à 2,14 mds usd contre 3,58 mds usd en janvier 2018, soit un recul de 1,44 md usd (-40%).

Les exportations hors hydrocarbures, qui restent marginales avec 9,7% de la valeur globale des exportations, ont également baissé pour s’établir à 229 millions usd en janvier 2019, contre 250 millions usd en janvier 2018 (-8,4%).

Les exportations hors hydrocarbures sont composées des demi-produits avec 175 millions usd en janvier 2019 (contre 182 millions usd en janvier 2018), des biens alimentaires avec 31 millions usd (même montant en janvier 2018), des produits bruts avec 2 millions usd (contre 26 millions usd), des biens d’équipement industriels avec 19 millions usd (contre 8 millions usd) et des biens de consommation non-alimentaires avec 2 millions usd (même montant en janvier 2018).

Ces chiffres démontrent que l’Algérie perd une fortune considérable qui se chiffre à plusieurs milliards de dollars. Et cette situation est tout simplement dangereuse et alarmante.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE