Ce lundi, lors de son intervention sur les ondes de la radio chaîne III, Lakhdar Brahimi a souligné que ce qui se passe dans la rue est « très enthousiasmant, encourageant » mais d’autre côté, « ça ne peut pas continuer indéfiniment ».

Et pour cause, ajoute l’ancien diplomate qui est appelé à présider la future conférence nationale inclusive du changement promise par Abdelaziz Bouteflika, « il faut maintenant que les gens s’assoient pour mettre un programme pour effectuer le changement en vue de l’avènement de la 2ème République », a-t-il dit, insistant pour que ‘ »ça soit organisé », pour ne pas tomber dans les mêmes erreurs de certains pays comme l’Irak après la chute de Saddam Hussein.

Lakhdar a relevé, par ailleurs, que la rue avait des slogans « très simples que tout le monde a compris et donné son accord » (le pouvoir notamment) pour le changement « rapide et immédiat », rappelant que le président de la République avait « répondu favorablement en renonçant au 5ème mandat et le report des élections.

Faisant enfin une rétrospective historique, M. Brahim a fait savoir que depuis 1962, plusieurs « tournants très importants » n’avaient jamais été « négociés de la bonne manière », mettant en garde pour ne pas refaire les mêmes erreurs en saisissant cette « opportunité historique ».

 

LAISSER UN COMMENTAIRE