Soucieux de l’avenir de notre pays, et par crainte de le voir à nouveau plonger par ses « amateurs/décideurs » dans un cercle de violences politiques et sociales.

Pour l’amorce d’une dynamique nouvelle et alternative.

Pour asseoir une économie basée sur le savoir, la connaissance et les ressources humaines extraordinaires de notre pays. Pour 1que ce soulèvement pacifique soit protégé de toute forme de récupération.

Nous voulons construire un projet qui ne s’arrête pas aux échéances électorales mais visionnaire de l’avenir et engagé sur les valeurs du Peuple Algérien. C’est dans cette optique que nous proposons une Conférence Nationale pour l’Instauration de la 2ème République. Rassemblant toutes les forces vives de la nation, intègres et réellement compétentes, d’Algérie et de la diaspora, elles devraient créer une dynamique politique et citoyenne capable de déboucher vers une solution politique globale à la crise multidimensionnelle dans laquelle est plongée notre pays par les décideurs.

Pour cela, nous proposons que ce dialogue se structure autour de :

1.    L’élaboration d’un contrat politique sous forme d’un engagement public et sans ambiguïté des différents acteurs pour :

– Le respect des libertés individuelles et collectives,

– Le respect et la défense des droits de l’Homme,

– Le rejet de la violence comme moyen d’expression politique,

– La sauvegarde des fondements de notre identité collective « Islam, amazighité et arabité ».

2.    La mise en place d’institutions chargées de gérer une période de transition :

La mise en place d’une Convention Nationale de Suivi et de Contrôle de la Transition (CNSCT). La composition sera définie par les participants au dialogue et sera chargée de :

– Agréer les personnalités intègres, compétentes et indemnes de tout soupçon de connivence avec le « système », devant siéger au gouvernement provisoire,

– Élaborer l’ensemble du dispositif électoral : révision de la loi électorale et le dispositif de surveillance nationale et internationale d’un processus électoral crédible,

– Fixer le calendrier électoral dans sa globalité avec l’élection d’une Assemblée Nationale Constituante, comme première étape.

Le gouvernement provisoire sera chargé de mettre en œuvre les recommandations de la CNSCT et les affaires courantes en attendant la poursuite du processus.

Le future Constituante est une condition pour restituer au Peuple Algérien son droit à l’autodétermination, la rédaction d’une nouvelle Constitution porteuse d’un projet de société, et mettre en place l’Etat de Droit qui donnera naissance à la 2ème République.

L’institution militaire doit rester neutre, loin du champ politique et vouer à ses missions constitutionnelles.

Cette Conférence Nationale s’inscrit dans la continuité de la volonté Populaire et se veut un rempart contre toute forme de récupération. Elle doit être un événement politique majeur et décisif pour l’avenir de notre pays.

 L’Histoire se souviendra.. Le Peuple vaincra.. L’Algérie triomphera.

Signataires :

Djamal LIMANE (Doctorant en Science de Gestion)

Nacer BOUDIAF (Militant politique)

Boualem BOUNAB (Médecin)

Farouk MOUKAH (Chef d’entreprise)

LAISSER UN COMMENTAIRE