Ce mercredi 13 mars, il est fort probable que le Palais présidentiel d’El-Mouradia publie une nouvelle lettre adressée aux algériens dans laquelle une mesure importante sera annoncée : il s’agit de la dissolution de l’Assemblée Populaire et Nationale, à savoir le Parlement algérien. 

Selon des sources bien informées, c’est la prochaine étape que Bouteflika et son entourage vont franchir dans le but de répondre aux revendications des manifestants qui sortent massivement dans les rues pour réclamer la fin d’un système figé et profondément injuste. Cette dissolution imminente de l’APN permettra d’organiser de nouvelles élections législatives  auxquelles seront conviées toutes les formations politiques notamment celles issues de l’opposition. Des personnalités indépendantes pourront également candidater. La date de la tenue de ces élections législatives anticipées n’a pas encore été fixée, mais il est fort possible qu’elle soit organisée à la fin du mois d’avril prochain ou au cours du mois de mai. Cette initiative du pouvoir algérien entre dans le cadre de toute une stratégie qui vise à désamorcer la terrible crise politique en Algérie provoquée par l’inédite colère populaire contre le projet du 5e mandat.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE