La liste des personnalités politiques et nationales qui seront bientôt contactées par la future commission de la conférence nationale inclusive du changement ne cessent de s’élargir, a-t-on appris de sources sûres. Alors que la direction d’une instance présidentielle plurielle n’a pas encore été officiellement installée pour diriger les consultations nécessaires à l’organisation de cette future conférence nationale, les contacts ont d’ores et déjà commencé avec nombreuses personnalités pour mettre en place les piliers de cette période de transition tel qu’il a été révélé par Algérie Part dans ses précédentes publications. 

Selon nos sources, mêmes les représentants des courants radicaux ou accusés d’extrémisme seront associés aux travaux de ces consultations qui devront aboutir à une nouvelle constitution et à la préparation de nouvelles élections présidentielles. D’ailleurs, soulignent nos sources, parmi les futures personnalités qui seront contactées, nous retrouvons le nom du controversé Madani Mezrag, l’ancien chef de l’Armée Islamique du Salut (AIS) ou Kamel Guemazi, ancienne figure du FIS, le parti islamise dissous au début des années 90.

D’autre part, d’anciens acteurs et représentants du Mouvement citoyen des Aarchs, né suite aux événements du Printemps noir de Kabylie de 2001, seront également conviés par l’instance dirigeante chargée de diriger les travaux et débats de la future conférence nationale inclusive du changement qui doit rendre ces conclusions avant la fin de l’année 2019.

Notons enfin que l’ancien diplomate Lakhdar Brahimi est celui qui devra se charger de la direction de l’instance présidentielle qui organisera la future conférence nationale du changement au cours de laquelle « la transition pacifique et démocratique » sera négociée, concluent en dernier lieu nos sources.

LAISSER UN COMMENTAIRE