Pour le troisième vendredi successif, des millions d’Algériens sont sortis dans les rues pour manifester leur colère contre le 5e mandat et leur désaccord avec la « continuité » voulue par les tenants du régime politique. Que faire, désormais, le système face à ces revendications populaires ?

Pour Abdou Semmar, il y a aujourd’hui deux pistes qui peuvent ramener le calme et réconcilier le pouvoir avec le peuple algérien : l’application de l’article 102 ou l’invalidation de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika pour un 5e mandat par le Conseil Constitutionnel. Seules ces deux solutions permettront de sortir l’Algérie de l’impasse actuelle. Mais le régime est-il prêt à écouter les Algériens qui désirent le changement rapide et radical ? Un débat à suivre, des analyses à discuter et des commentaires à décrypter sur :

LAISSER UN COMMENTAIRE