Un arrêté du ministère de l’enseignement supérieur qui a été publié dans l’après-midi de ce samedi 9 mars est en train de soulever une énorme polémique en Algérie. Ce ministère annonce que les vacances de printemps commenceront dès lundi et qu’elles dureront jusqu’au 4 avril. Cette décision concerne 1,7 million d’étudiants dans tout le pays.

Mais selon nos investigations, ce n’est pas le ministre du secteur, Tahar Hadjar, qui est à l’origine de cette décision surprenante. Celle-ci a été prise vendredi soir lors d’une réunion de crise organisée au niveau du Palais d’El-Mouradia. Une réunion à laquelle ont participé de nombreux hauts responsables des divers services de sécurité. Chaque responsable d’un organe sécuritaire a fourni des rapports détaillés qui mettent en garde contre une montée inquiétante du mouvement de contestation contre le 5e mandat qui s’est emparé des campus. Un mouvement qui a « embrigadé » des milliers d’étudiants. Chaque jour, une manifestation estudiantine était organisée à travers le pays. Cette forte mobilisation politique peut « déstabiliser dangereusement » ce secteur stratégiquement comptant près de 1,7 million d’étudiants, ont jugé les rapports sécuritaires étudiés vendredi soir par la cellule de crise qui s’était réunie au Palais d’El-Mouradia.

Ces mêmes rapports, soulignent nos sources, ont lancé l’alerte en apportant des prévisions alarmantes sur l’ampleur que va prendre encore cette contestation politique contre le 5e mandat au sein des universités. Partant de ce constat considéré comme amer par les hauts responsables algériens des services de sécurité, la Présidence a décidé d’appliquer « ce plan de vacances » pour fermer les universités et les vider des potentiels étudiants manifestants.

Mais cette décision a suscité un véritable tollé et sur les réseaux sociaux, des collectifs d’étudiants ont crié au scandale en faisant savoir qu’ils refusent de subir ce « diktat ». De nombreux étudiants ont refusé de déserter leurs universités. Que va-t-il donc se passer demain dimanche sur nos campus ?

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE