La grève générale ou la désobéissance civile auxquels appellent certains manifestants contre le 5e mandat pourra-t-il faire céder le régime algérien ? Cette question a alimenté un vif débat sur le plateau de l’émission spéciale consacrée aux élections présidentielles algériennes. 

Abdou Semmar a fait remarquer qu’une grève dans le secteur de l’éducation et la santé n’aura aucun effet sur les hauts responsables algériens qui ne fréquentent ni les écoles publiques ni les hôpitaux publics puisqu’ils se soignent à l’étranger et leurs enfants étudient dans des établissements privés huppés. En vérité, analyse le rédacteur en chef d’Algérie Part, seule une grève paralysant le secteur pétrolier ou gazier peut réellement faire peur au régime algérien et le menacer dans sa survie car tout le pays se nourrit de ce secteur stratégique qui permet de gagner plus de 33 milliards de dollars à l’Algérie. Débat, analyse et commentaires :

LAISSER UN COMMENTAIRE