Sur ARTE Journal, Rachid Ouaissa, un expert de l’Algérie en poste à l’Université de Marbourg, en Allemagne, a estimé qu’il « n’existe en Algérie aucune solution politique sans faire participer les militaires ». « Aucun candidat qui ait un programme politique digne de ce nom, qui puisse recevoir une adhésion suffisante de la part de la population »,  a analysé le même expert. 

Rachid Ouaissa estime, par ailleurs, que pour « mettre en œuvre des réformes notoires en Algérie, il faut avoir l’aval du pouvoir militaire qui est un facteur d’ordre capital et le garant de la stabilité ». « Il faudrait compter sur son soutien pour convoquer une sorte d’assemblée nationale. Mais quant à savoir quels en seraient les objectifs concrets, rien n’est plus incertain », assure encore cet enseignant universitaire en Allemagne qui a publié de nombreuses thèses sur l’Algérie.

Par ailleurs, Rachid Ouaissa est certain que ces manifestations contre le 5e mandat « prennent une forme tout à fait inhabituelle en Algérie et font réellement peur au régime en place ». Et pour cause, « l’ensemble des classes moyennes s’y associe dans tout le pays. Le mouvement mobilise des avocats, des juges, des journalistes et surtout la nouvelle génération qui souhaite se réaliser – donc des jeunes nés au milieu des années 1990 et qui ne sont, eux, plus traumatisés par la guerre civile de cette décennie-là », souligne-t-il en dernier lieu.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE