Des centaines d’étudiants de l’Université de Bab Ezzouar, la plus grande université de toute l’Algérie, essaient de marcher en ce moment même sur la capitale Alger pour rejoindre les manifestants contre le 5e mandat qui secouent les grandes artères de la capitale avec leurs chants et slogans hostiles au pouvoir en place. 

De Tlemcen jusqu’à Annaba en passant par Skikda, Bouira, Tizi-Ouzou ou Béjaïa, dans presque toutes les grandes villes du pays, des milliers de manifestants sont sortis protester contre le maintien de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika pour un 5e mandat successif. Ces manifestations nocturnes sont uniques en leur genre en Algérie. C’est la première fois qu’une telle mobilisation populaire libère les villes algériennes de leur torpeur nocturne. C’est le signe que la colère populaire ne risque pas de s’arrêter de sitôt.

LAISSER UN COMMENTAIRE