Depuis la convocation d’Ali Haddad par les services de sécurité pour les besoins de l’enquête sur la fuite du controversé enregistrement audio du bureau de Sellal, un véritable vent de panique s’est emparé des oligarques algériens, habitués aux privilèges du pouvoir et à l’impunité que leur offrait le système. 

Mais les temps sont en train de changer et la roue a tourné. A la suite de son premier interrogatoire par les services de sécurité, Ali Haddad a été instruit de ne plus quitter le territoire nationale jusqu’à nouvel ordre en attendant les conclusions des enquêteurs qui travaillent sur les dessous de cette scandaleuse fuite d’un enregistrement audio dévoilant une discussion sensible et très délicate avec Abdelmalek Sellal, l’ex-Premier ministre et directeur de campagne d’Abdelaziz Bouteflika.

Ce traitement sévère qui a été réservé au patron du FCE a semé une vague de frayeur dans le milieu des autres puissants oligarques algériens. Et c’est dans ce contexte que Baha Eddine Tliba, le controversé richissime homme d’affaires et député FLN d’Annaba, a fui précipitamment ce dimanche matin vers Paris comme le montrent ces images diffusées par la page Dz Wilikeaks :

LAISSER UN COMMENTAIRE