La grande mobilisation populaire de ce vendredi 1er Mars contre le 5e mandat brigué par Abdelaziz Bouteflika a provoqué une véritable crise de panique dans le bureau d’Ahmed Ouyahia, le secrétaire-général du RND et l’actuel Premier-Ministre. Nous avons appris de sources sûres qu’une querelle a éclaté ce vendredi après-midi entre Sedik Chihab, le porte-parole du RND, et Ahmed Ouyahia. 

Énervé et irrité par les slogans des manifestants qui ont répondu à ses déclarations calamiteuses concernant le parallèle entre l’Algérie et la Syrie ravagée par la guerre à la suite de larges contestations populaires, Ahmed Ouyahia a voulu préparer une nouvelle déclaration politique pour riposter contre les attaques des manifestants anti-5e mandat et commenter les évolutions de ces marches populaires organisées à travers tout le pays.

Mais  son porte-parole, Sedik Chihab, a fortement désapprouvé cette option craignant qu’une énième déclaration incendiaire ne provoque encore davantage les Algériens en colère contre le discours politique figé du patron du RND. Ahmed Ouyahia s’est entêté et a voulu imposer sa décision sans tenir compte de l’avis de son collaborateur. Sedik Chihab a tenté de raisonner Ouyahia, mais en vain. Le Premier-ministre s’accroche à sa détermination coriace de poursuivre la diabolisation outrancière des manifestants pacifiques. Sedik Chihab a fini par la claquer la porte du bureau de son responsable en refusant de s’associer à cette stratégie « guerrière » qui va creuser le fossé d’incompréhension entre le RND et la rue.

Cette dispute reflète enfin le déboussolement de la classe dirigeante en Algérie face à la contestation populaire pacifique qui monte crescendo.

LAISSER UN COMMENTAIRE