Depuis mercredi soir, toute l’Algérie ne parle que de ce sujet : l’enregistrement audio entre Sellal et Haddad ! Cet enregistrement audio a provoqué une énorme polémique et il apporte des révélations fracassantes sur les appréhensions actuelles des dirigeants algériens concernant les manifestations populaires contre le 5e mandat brigué par Abdelaziz Bouteflika. 

Cet enregistrement audio a fuité du bureau de Sellal, le directeur de campagne d’Abdelaziz Bouteflika, a-t-on ainsi appris auprès de sources sécuritaires sûres. Une personne a enregistré, en utilisant un smartphone comme mouchard, la discussion qui avait eu lieu dans un bureau entre Abdelmalek Sellal et Ali Haddad, le milliardaire et patron du FCE. Cette personne a ensuite créé plusieurs faux profils Facebook pour envoyer cet audio à des activistes exilés à l’étranger ou des administrateurs de Pages Facebook réputées pour leur popularité, et leur opposition au régime en place, en Algérie.

Selon nos sources, les intentions de cette « source » qui fut à l’origine de la fuite de cet enregistrement sont d’alimenter la colère de la population contre le 5e mandat en lui faisant prendre conscience de ce qui se « trame au sein du sérail ». « Cette fuite jette de l’huile sur le feu et c’est totalement inconscient », accusent nos sources selon lesquelles une enquête des services de sécurité est toujours en cours pour retrouver cette « source » et procéder à son arrestation. « Il s’agit d’une discussion privée et elle ne peut en aucun cas refléter les véritables intentions des autorités algériennes face aux manifestations contre le 5e mandat », persistent nos sources.

Nous avons enfin appris que le limogeage du colonel Smail, le responsable DU Centre principal des opérations (CPO) de l’ex-DRS, situé à Ben Aknoun, est une information totalement infondée et dénuée de sens. Cité dans cet enregistrement audio, des rumeurs folles ont circulé dans la nuit du mercredi à jeudi pour annoncer le limogeage du colonel Smail. Nos sources certifient qu’il est toujours en « poste » et poursuit l’exercice de ses fonctions.

LAISSER UN COMMENTAIRE