L’armée risque-t-elle de réprimer les manifestants qui sortent dans les rues pour réclamer le départ du régime et l’abandon du 5e mandat ? Cette question a fait l’objet d’un long débat sur le plateau de l’émission spéciale consacrée aux élections présidentielles diffusée quotidiennement sur Amel TV avec la participation d’Abdou Semmar, le rédacteur en chef d’Algérie Part. 

Pour Abdou Semmar, le chef d’Etat-Major Ahmed Gaïd ne peut en aucun cas embarquer l’armée dans cette mésaventure qui risque de lui coûter très cher sur le plan politique. Ceci dit, Gaïd Salah est en ce moment en panique car l’abandon du 5e mandat signifie tout bonnement son départ imminent de la tête de l’armée algérienne. Pour Hichem Aboud, l’option de la répression est envisageable. Cependant, des officiers et des hauts gradés de l’ANP vont lui désobéir pour préserver le sang des Algériens et empêcher le chaos. Un débat à ne pas rater sur :

LAISSER UN COMMENTAIRE