L’Algérie alimente le cauchemar du Président français Emmanuel Macron. C’est du moins ce qu’assure un chroniqueur très bien informé du Nouvel Observateur, le célèbre magazine français. 

« Le cauchemar du résident de la République c’est l’Algérie. C’était aussi celui de ses prédécesseurs. Les plus hautes autorités de l’Etat sont terrifiées par la perspective d’une grave déstabilisation de notre ancienne colonie après la mort de Bouteflika », a confié un haut responsable français à Vincent Jauvert, journaliste au Nouvel Observateur. « Cette confidence date de plusieurs jours avant les manifestations de la jeunesse algérienne contre un cinquième mandat », explique le journaliste français ans une chronique publiée le dimanche 24 février.

« Une grave crise politique dans ce pays si proche -suite à une révolte de la jeunesse et/ou une disparation de son président – risque, en effet, de poser des problèmes considérables à la France », estime la même plume du Nouvel Observateur. Cette source rapporte que le Président Abdelaziz Bouteflika figure sur une liste de cinq dirigeants dont la mort pourraient créer une grave crise. Cette liste élaborée depuis 2014 par le Centre d’Analyse, de Prévision et de Stratégie du Quai d’Orsay regroupe « Paul Biya au Cameroun ; Idriss Déby au Tchad ; Nursultan Nazerbaev au Kazakhstan ; Issayas Aferwerki en Erythrée et Hun Sen au Cambodge ; et donc d’abord et avant tout Abdelaziz Bouteflika », conclut le journaliste du Nouvel Observateur.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE