Non, il ne faut pas encore crier victoire car la forte et l’historique mobilisation citoyenne de ce vendredi 22 février n’est que la première étape d’une longue lutte pour le changement démocratique et pacifique en Algérie. Abdou Semmar, rédacteur en chef d’Algérie Part, a beaucoup insisté sur ce point pour ne pas tomber dans les pièges de la naïveté. Sur le plateau de l’émission spéciale consacrée aux élections présidentielles du 18 avril prochain, Abdou Semmar estimera qu’il faut, désormais, travailler sur des revendications rationnelles et une feuille de route concrète pour apporter les changements nécessaires dont a besoin cruellement notre route, à savoir un gouvernement de transition pour adopter les réformes nécessaires à la fondation de la Deuxième République. 

Sur le même plateau, Hichem Abdou et Merouane Boudiab débattront des propositions faites par Abdou Semmar et le trio ne manquera pas de plancher sur les prochains rassemblements qui risquent d’avoir lieu le vendredi 01 mars prochain. Quels scénarios attendent les Algériens ? Et que va-t-il se passer si la protestation populaire va monter crescendo ? Réponses dans ce débat sans aucune censure :

LAISSER UN COMMENTAIRE