De nouveaux appels contre le 5e mandat ont été lancés sur les réseaux sociaux et internet en Algérie. Ces appels  appellent à organiser des manifestations contre le 5e mandat pour le vendredi 1 mars prochain. Ces appels demeurent anonymes même si certaines personnalités et activistes ont parrainé officiellement ces appels. 

A titre d’exemple, l’intellectuel et ancien journaliste à l’ENTV, membre actif du mouvement Mouwatana, Fodil Boumala, a annoncé ainsi toute une feuille de route sur sa page Facebook. Selon ce dernier, les prochaines manifestations devront exiger l’arrêt du processus électoral ainsi que le changement du gouvernement actuel pour nommer un gouvernement de transition nationale. Ces revendications sont-elles, pour autant, partagées par l’ensemble des manifestants qui sont sortis marcher dans les rues hier vendredi ? Personne ne peut l’affirmer ni l’infirmer. Pour l’heure, ce mouvement populaire n’a pas encore de porte-parole ni de représentants légitimes. Les manifestants sont composés de plusieurs composantes hétérogènes de la société algérienne. Il faudra donc attendre les prochaines protestations pour comprendre les tenants et aboutissants de cette nouvelle forme de colère populaire.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE