Le plateau de l’émission spéciale consacrée aux élections présidentielles du 18 avril prochain n’est pas tendre cette fois-ci avec Abdelmalek Sellal, le directeur de campagne d’Abdelaziz Bouteflika candidat pour un 5e mandat successif. Abdou Semmar estime, particulièrement, que Sellal multiplie les ratages lors de ses sorties médiatiques et aggravent les angoisses des Algériens qui cherchent des réponses à leurs préoccupations légitimes. Par ailleurs, Abdou Semmar, le rédacteur en chef d’Algérie Part, ne manquera pas de mettre en garde contre les dangers du populisme qui se propage de manière alarmante en Algérie. Les candidats aux élections présidentielles préfèrent le buzz aux débats sérieux, le sensationnalisme aux solutions concrètes dont a cruellement besoin notre pays.  Le phénomène Nekkaz traduit parfaitement la vacuité de notre scène politique et les Algériens sont livrés à eux-mêmes dans ce contexte fait de médiocrité ambiante. 

LAISSER UN COMMENTAIRE