Sur les réseaux sociaux, c’est un sujet qui alimente un énorme buzz. Mais il suscite en parallèle de nombreuses interrogations. Les appels à manifester le 22 février « après la prière du vendredi » sont totalement anonymes. Ils se partagent, certes, massivement sur Facebook. Cependant, personne ne connaît réellement l’identité des auteurs à l’origine de ces appels qui se multiplient à la vitesse de l’éclair. Et le mystère laisse peu à peu la place à l’inquiétude et à toutes les formes de manipulation des esprits et des masses.   

S’agit-il d’une mobilisation citoyenne spontanée ou d’un complot sophistiqué pour sortir les Algériens dans les rues ? Les théories les plus fumeuses circulent en ce moment pour tenter d’expliquer l’engouement des Algériens pour ces appels anonymes qui font rage sur les réseaux sociaux. Certaines sources sécuritaires assurent que des enquêtes diligentées par la brigade de cyber-criminalité de la DGSN ont démontré la piste islamiste derrière ces appels aux manifestations. Il s’agirait des réseaux qui activent pour le compte d’Ali Benhadj, l’ex-leader du FIS, le parti dissout. Mais nous n’avons pas pu confirmer la véracité de ces informations mais l’implication des plateformes numériques connues et actionnées par les réseaux islamistes à l’étranger est évidente.

D’autres sources propagent des théories comploteuses qui ne s’appuient sur aucun fondement rationnel : des anciens éléments de l’ex-DRS, les services marocains, les séparatistes Kabyles ou les lobbys qataris, bref, les fantasmes sont nombreux, mais les preuves quasi-inexistantes ! Il n’en demeure pas moins que des experts en cyber-sécurité consultés par nos soins ont confié qu’ils ont identifié de nombreux comptes Facebook favorables aux manifestations du vendredi 22 février. Et il s’avère que ces comptes sont alimentés depuis… le Maroc ! Ce qui serait d’ailleurs logique vu que les officines marocaines avaient déjà monté des fausses pages Facebook depuis un moment pour critiquer la situation en Algérie, allant même à créer des Fake News en série.

De notre côté, nous avons trouvé quelques éléments factuels. Les premiers appels à manifester le vendredi 22 février sont apparus lorsqu’une photo montrant un gilet jaune sur lequel est inscrit la date du 22 février. Cette photo a été partagée massivement et fait un grand buzz. Ensuite, une vidéo virale a été diffusée pour parler de l’importance de sortir dans les rues contre le 5e mandat après la prière du vendredi. Juste après, une floraison de pages Facebook et des comptes anonymes s’emparent de cet appel pour le repartager sans expliquer les tenants et aboutissants de leur démarche. Cette machine est bien huilée.

Face à ces appels, les internautes algériens sont divisés : certains affichent leur méfiance, d’autres s’enthousiasment et veulent en profiter pour exprimer leur colère. Reste à savoir enfin quelle sera l’attitude qui sera adoptée demain vendredi par les Algériens, consommateurs avertis de Facebook même si le niveau de manipulation des foules via les réseaux sociaux atteint son paroxysme. Nous aurons ainsi les réponses à nos lancinantes questions.

LAISSER UN COMMENTAIRE