La réaction des autorités algériennes n’a pas tardé. Le maire de Khenchela a été limogé et suspendu par le Wali à la suite de ses provocations insensées qui ont poussé des centaines de personnes à manifester devant le siège de l’APC au centre ville. Kamel Hechouf, le maire controversé, a proféré des menaces proférées  à l’encontre de ceux qui voudraient se rassembler devant la mairie dans une publication relayée sur les réseaux sociaux. 

En toute vraisemblance, le maire de Khenchela a voulu montrer ses muscles et empêcher Rachid Nekkaz et ses sympathisants de se rapprocher des services de l’APC pour recueillir et légaliser les signatures nécessaires à un dossier de candidature à l’élection présidentielle du 18 avril 2019. Il est à souligner que les dispositions prévues dans le nouveau code communal donnent le pouvoir au wali de mettre fin aux fonctions d’un P/APC et de suspendre un élu.

 

Cette bourde du maire suspendu a provoqué sans doute la manifestation la plus importante contre le 5e mandat que brigue Abdelaziz Bouteflika. Une immense foule  s’est rassemblée ce mardi matin devant la mairie de Khenchela pour crier sa colère contre le 5e mandat. L’un des manifestants a même osé arracher le portrait géant de Bouteflika accroché sur la façade du siège de l’APC de Khenchela, situé à l’extrême est du pays. La foule enfiévrée n’a pas hésité à acclamer et applaudir ce geste inédit.

Une véritable vague de colère s’est emparée de cette ville de l’extrême est algérien qui souffre du sous-développement le plus crasseux. Chômage endémique, pauvreté et manques d’infrastructures publiques : la situation sociale est explosive depuis des années dans cette région. Force est, par ailleurs, de constater que ces manifestants ont soutenu activement Rachid Nekkaz, l’activiste et opposant qui s’est déplacé ce mardi matin pour recueillir des signatures et préparer son dossier de candidatures au scrutin présidentiel du 18 avril prochain. Allons-nous assister à d’autres manifestations populaires de cette envergue contre le 5e mandat dans les autres villes du pays ? Le 22 et 24 février prochains, nous aurons des réponses concrètes…

LAISSER UN COMMENTAIRE